La passe a mal tourné : le meurtrier-présumé de Ramona est en prison.

Ramona Gonzales
© Martinique1ere

C’est une transaction autour d’une passe qui a mal tourné. C’est ce qu’il ressort de l’affaire du meurtre de Ramona Gonzalès. Après dix jours de cavale l'auteur-présumé du meurtre a été mis en examen pour homicide volontaire. Il est en prison.

Claude Gratien
Publié le , mis à jour le

Les examens médicaux l’ont montré, l’agression a été d’une rare violence. Son contexte ne laisse planer aucun doute sur les activités de la victime, Ramona se prostituait au moment des faits, le dimanche 3 août dernier aux Terres-Sainvilles, à Fort de France. C'est après une relation sexuelle tarifée que s'est produit le drame.

Selon ses propos, rapportés par le procureur de la république Eric Corbaux, l'homme ne veut pas payer la prestation. Une bagarre éclate. L’homme sort un couteau et frappe sa victime, au moins à huit reprises à la poitrine et à la gorge. Plusieurs coups se révèlent mortels. Éric Corbeaux, procureur de la république à Fort de France.

Procureur

Juste après, il prend la fuite par les toits. Quelques heures plus tard il prend la navette pour regagner son domicile situé aux Anses d’Arlets. Avant de disparaître dans la nature, il brûle ses vêtements tachés de sang…mais tous ne se consument pas totalement. Les enquêteurs vont en retrouver une partie lors d’une perquisition.

Des enquêteurs qui savent très rapidement qui est le suspect. L’auteur-présumé du meurtre a en effet laissé plusieurs indices derrière lui. Au domicile de la victime, les policiers découvrent le soir du meurtre, une casquette, un collier et un couteau abandonnés précipitamment par le meurtrier présumé dans sa fuite.

Des témoignages précis mettent aussi les enquêteurs sur les traces de cet homme de 41 ans, décrit comme frustre mais socialement inséré. ''Il n'a rien d'un marginal'' a précisé le procureur de la République. Pour échapper aux recherches, il a dû vivre dans les bois, c’est en tout cas la conclusion qu’en tirent les policiers car sur le corps de l’homme, ils ont relevé la présence de griffures, de plaies, causées par des branchages.

L'auteur-présumé, s'est donc rendu vendredi dernier mais était sur le point d'être interpellé car l'étau de la police se resserrait. Les policiers avaient recensé plusieurs lieux susceptibles d'abriter le fugitif.

La relative psychose qui commençait à s’emparer du milieu des prostituées à Fort de France n’a donc plus lieu d’être. L’auteur-présumé du meurtre de Ramona est entre les mains de la justice. Il doit subir dans les prochains jours, des examens psychiatriques.
                                         

 

L'actu en vidéo

Glissement de terrain

Glissement de terrain à la cité Dillon à Fort-de-France (image amateur)