Saccage de l'appartement : de 4 à 8 mois de prison pour les jeunes

Saccage appartement
© Martinique 1ère | L'appartement de la mère du meurtrier présumé d'Allan, saccagé lors des débordements.

Un jeune libéré et deux autres maintenus en prison. Décision du tribunal correctionnel de Fort de France dans l'affaire du saccage de l'appartement de la mère du meurtrier présumé d'Allan. Les trois jeunes hommes étaient accusés d'avoir incité la foule à saccager l'appartement.

Joseph Nodin
Publié le , mis à jour le

Ces trois jeunes du quartier Basse-Gondeau au Lamentin, ont été présentés vendredi après-midi en comparution immédiate au palais de justice de Fort de France. Le premier a été condamné à quatre mois de prison dont trois avec sursis pour destruction de biens d'autrui. Ce jeune homme de 24 ans a été remis en liberté. Il a déclaré qu'il s'était laissé entraîner mais était redescendu immédiatement.

Les deux autres, âgés de 19 et 21 ans, ont été condamnés à 8 mois de prison ferme, pour destruction de biens en réunion et violence avec armes. Tous les deux sont maintenus en détention. Ils sont reconnus coupables, d'avoir incité la foule à saccager l'appartement de la mère du meurtrier présumé le 7 septembre 2013 à Acajou, au Lamentin, en marge d'une manifestation à la mémoire Allan Bourgeois, tué dans des conditions atroces en septembre dernier.

Par ailleurs, les accusés devront payer à la mère de famille 3 869 € pour la destruction des biens et 2 000 € pour le préjudice moral. Selon l'avocat de la mère du meurtrier présumé d'Allan, sa cliente estime que sa vie est devenue trop difficile depuis cet incident et qu'elle envisage de quitter la Martinique.

L'actu en vidéo

Manifestation salariés FA

Manifestation des salariés du groupe France-Antilles à Fort-de-France (samedi 5 octobre 2019).