Le Parti socialiste dénonce "l'amnésie" des Républicains sur les Outre-mer

Victorin Lurel et Corinne Narassiguin
© JACQUES DEMARTHON - Matthieu Alexandre AFP | Guadeloupe Victorin Lurel, secrétaire national chargé des Outre-mer et Corinne Narassiguin, porte-parole du PS

Le Parti socialiste dénonce "l'amnésie des Républicains" concernant leur politique en faveur des Outre-mer.

La1ère Publié le , mis à jour le

Alors que les Républicains organisaient mardi une "journée de travail sur les Outre-mer", le PS souligne dans un communiqué que cette initiative "n'aurait rien eu de surprenant si elle n'avait pas été la première depuis quatre ans !".
 

Le PS dénonce "le bilan de l'inaction" des Républicains 

Le communiqué, signé du député de Guadeloupe Victorin Lurel, secrétaire national chargé des Outre-mer  et de Corinne Narassiguin, porte-parole du PS, liste "le bilan de l'inaction" des Républicains  "lorsqu'ils étaient au pouvoir". "Si la droite semble aujourd'hui frappée d'amnésie, les Ultramarins, eux, se souviennent encore des coupes drastiques opérées par la droite, avec une baisse de 425 millions d'euros entre 2002 et 2012 des crédits qui leur étaient alloués (soit une baisse de 39,4%) quand, depuis 2012, le gouvernement les a augmenté de 4,7%". 

"Les Républicains ne réussiront pas en 24h à effacer cinq ans de dévoiement du concept de développement endogène, cinq ans de clientélisme forcené, cinq ans de gestion calamiteuse des crises de 2009 et 2010, cinq ans d'abandon du logement social, cinq ans d'encouragement des phénomènes de vie chère, cinq ans de stigmatisation antirépublicaine et cinq ans de largage budgétaire soigneusement organisé", insiste le Parti socialiste. 

 

Nicolas Sarkozy avait dénoncé le "mensonge" de François Hollande 

Nicolas Sarkozy
© DR
Mardi, lors de la journée de travail des Républicains, Nicolas Sarkozy, président du parti, a dénoncé "le mensonge" de François Hollande vis-à-vis des Outre-mer, comme il l'avait fait quelques jours plus tôt à la Réunion. "J'ai voulu leur dire, en 2012, on vous a menti de façon éhontée. On vous a tout promis, des logements, de l'emploi, de l'argent, des droits. Quatre ans, après vous n'avez rien", a-t-il affirmé.