Kai et Junior, deux lamantins quittent Singapour pour repeupler l'espèce en Guadeloupe

lamantins singapour
© Wildlife Reserves Singapore/AFP | Les mâles Kai et Junior (photo) ont quitté leur réserve de Singapour pour la Guadeloupe.

Kai et Junior, deux lamantins males, ont quitté Singapour, ce lundi, direction la Guadeloupe. Ils font partie du premier programme mondial de repeuplement de cette espèce en Guadeloupe.

La1ère.fr (avec AFP) Publié le , mis à jour le

Deux lamantins ont quitté Singapour, lundi 8 août, direction la Guadeloupe. Il s’agit du premier programme mondial de repeuplement de cette espèce déclarée éteinte au début du XXe siècle en Guadeloupe, selon des responsables de l'archipel d'Asie du Sud-Est.
 

34h de voyage en avion cargo

Les mâles Kai et Junior, sept et six ans, ont quitté Singapour à 4h50 (heure locale) pour un voyage de 34 heures à bord d'un avion cargo de la compagnie Singapore Airlines, a déclaré la société exploitant le zoo où se trouvaient les deux lamantins.
 
Deux vétérinaires du parc national de Guadeloupe et un spécialiste de l'aquariophilie à Singapour voyagent avec les deux mammifères marins, pesant plusieurs centaines de kilos.

 


Une cérémonie d’adieu à Singapour

Une cérémonie d'adieu a été organisée dimanche soir, en présence notamment de représentants de l'ambassade de France à Singapour.
 
Kai et Junior, nés en captivité au zoo de Singapour, vont être les premiers des 15 lamantins mâles et femelles à arriver à Grand Cul-de-Sac Marin, une réserve naturelle de 15.000 hectares qui réunit les îles de Basse-Terre et de Grande-Terre.
 

Espèce vulnérable

Le lamantin, un mammifère plus gros que le phoque, au corps en fuseau épais et à nageoire non creusée, figure comme espèce "vulnérable" dans la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).
 
"Nous sommes très heureux d'avoir l'opportunité de contribuer au repeuplement partiel de l'espèce et de sa présence historique dans les Caraïbes, où elle n'a pas été vue depuis un siècle", a déclaré le patron de la société Mandai Park Holdings, qui exploite le zoo de Singapour, lors de la cérémonie d'adieu.
 
"Des projets comme celui-ci nous permettent d'apporter notre concours à la protection et à la préservation de la biodiversité dans le monde", a-t-il ajouté.

L'actu en vidéo

Le reportage d'Henri Hélie Denis Rousseau-Kaplan et Daniel Quellier