Le Japon relance la chasse la chasse commerciale à la baleine

Chasse à la baleine
© MADS CLAUS RASMUSSEN / RITZAU SCANPIX / AFP

Il y a six mois, le Japon a quitté la Commission baleinière internationale (CBI). Ce lundi, des navires baleiniers ont repris la mer pour leur première mission de chasse commerciale en plus de trois décennies.

La1ère (avec AFP) Publié le , mis à jour le

Des navires baleiniers japonais ont repris la mer lundi pour leur première mission de chasse commerciale en plus de trois décennies, actant la décision prise il y a six mois par le gouvernement de quitter la Commission baleinière internationale (CBI) et de s'affranchir ainsi d'un moratoire.
 

Une "tradition"

Sous le ciel nuageux de Kushiro (sur l'île septentrionale de Hokkaido), cinq navires munis de harpons ont appareillé après une cérémonie où plusieurs élus ont revendiqué la légitimité de cette tradition. "C'est une petite industrie, mais je suis fier de chasser les baleines. La pratique existe depuis plus de 400 ans dans ma cité", explique Yoshifumi Kai, président d'une association de pêcheurs de baleines, tout excité de repartir en mer.

Idem pour le jeune Hideki Abe qui, compte tenu de son jeune âge, 23 ans, n'a encore jamais participé à une mission de ce type :
 

Je suis un peu nerveux, mais heureux que nous puissions commencer. Je souhaite que davantage de personnes goûtent de la baleine, au moins une fois.

 

Une flotte baleinière

Le navire-usine Nisshin Maru, bâtiment amiral de la flotte baleinière nippone, et plusieurs autres embarcations ont aussi quitté le port de Shimonoseki (sud-ouest), où trône une énorme statue de baleine.

"Nous estimons que les baleines sont des ressources marines comme les poissons et qu'elles sont utilisables sur la base de critères scientifiques", a expliqué à l'AFP un responsable du ministère de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche. "Nous déterminons des quotas de sorte à ne pas nuire aux espèces", a-t-il précisé. Le maximum d'ici décembre est fixé à 227 prises.
 

Pas en haute mer

Les baleiniers n'iront pas tuer en haute mer, comme il l'ont fait ces trente dernières années "pour des raisons scientifiques". Le Japon avait débuté ses "missions de recherches" en Antarctique et dans le nord-est du Pacifique il y a respectivement 32 et 25 ans, renonçant alors à une pêche purement commerciale, mais utilisant une "exception scientifique", tolérée par la CBI.
 

Au menu de cantine

Durant ces décennies, l'archipel n'a cessé d'être critiqué par les défenseurs des cétacés pour ses façons de procéder jugées cruelles, alors que des méthodes non létales existent pour mener les études voulues, selon ses détracteurs. En outre, si les chercheurs étaient certes les premiers à se pencher sur les baleines rapportées, une partie de leur chair finissait sur les étals des poissonniers, malgré un appétit peu important pour cette chair.

Mais il y a une volonté et fierté de préserver un rite auquel tient une partie de la population, notamment des personnes âgées qui se souviennent que la baleine était leur seule source importante de protéines durant la disette d'après-guerre. Pour certaines communes, la pêche à la baleine est une raison d'être sinon économique, du moins culturelle et morale. C'est le cas de Shimonoseki, où les cantines scolaires initient les enfants à cette tradition culinaire pour ressusciter l'habitude de consommation.
 

Baroud d'honneur

Au-delà de la condamnation de cette pratique, Patrick Ramage,  directeur du programme conservation marine du Fonds international pour le bien-être animal (Ifaw), voit dans la reprise de la chasse commerciale et l'arrêt de la pêche scientifique en Antarctique une sorte de baroud d'honneur du Japon. Il expliquait lors d'une récente conférence au Japon : 
 

J'y ai beaucoup réfléchi pendant de nombreuses années. C'était un fantasme et maintenant le fantasme se réalise. Le Japon est en train d'arrêter la chasse à la baleine en haute mer, pas encore un arrêt complet, mais c'est un énorme pas vers la fin.


"Cette industrie (de chasse à la baleine) va se noyer très rapidement", prédisait-il. "On nous en servait à la cantine quand j'étais petite, mais je ne pense pas que j'en mangerai de nouveau. Je trouve que le Japon devrait davantage faire ses choix en tenant compte du reste du monde qui dit que ce n'est pas bien", a confié à Tokyo une jeune Japonaise de 30 ans désireuse de garder l'anonymat. A l'inverse, l'Islande s'abstiendra de chasser pour la première fois depuis 2002, les deux entreprises spécialisées ayant décidé de renoncer à la saison 2019.