Immigration clandestine: démantèlement partiel d'une filière en Guadeloupe

opération de police à Capesterre Belle Eau

Trois hommes, l'un d'une vingtaine d'années et deux quinquagénaires, ont été mis en examen vendredi, soupçonnés d'appartenir à une filière aidant à "l'entrée et au séjour irréguliers", a-t-on appris vendredi du parquet de Pointe-à-Pitre.

La1ère.fr avec AFP Publié le , mis à jour le

Cette filière "avait des rabatteurs à l'étranger et dans les communautés étrangères en Guadeloupe", a précisé à l'AFP Loïc Guérin, procureur de la République adjoint.

Faux papiers

Les trois hommes, deux Guadeloupéens et un Haïtien résidant en Guadeloupe, sont mis en examen pour "aide au séjour irrégulier en bande organisée, faux, usages de faux, obtention indue de documents administratifs". Ils sont soupçonnés d'avoir permis la fabrication et l'obtention de "faux certificats de nationalité française, faux permis de conduire, fausses attestations d'assurance ou de contrôle technique", et d'avoir effectué de "fausses reconnaissances de paternité".


"Ils faisaient tout !"

Plusieurs dizaines de personnes auraient eu recours à leurs services. "Ils faisaient tout ! C'était à la demande avec des prix variant de 400 à 4.000 euros à se répartir entre les différents acteurs de la filière", a dit M. Guérin précisant que "le réseau a été démantelé partiellement".

Conséquences d'un enquête

Ces arrestations sont la conséquence d'une enquête de "plusieurs mois" de la police aux frontières suite à "des renseignements communiqués par le service des étrangers qui avait des doutes sur la véracité" de certains documents.

Les investigations se poursuivent pour "identifier et interpeller certains rabatteurs", a poursuivi M. Guérin. Le parquet a requis les placements en détention des trois suspects.