Mélissa Bruneau a grandi à la cité des Ames Claires à Montjoly. Dernière d'une fratrie de 8 frères et soeurs, elle fait partie d'une famille de musiciens et comme elle le dit : 

"J'ai grandi dans un environnement très musical, très festif, très fédérateur. Étant la dernière pour ne pas être mise à l'écart,  j'ai du m'incruster dans les soirées familiales en passant par la musique"


Elle découvre ainsi différents univers musicaux. Les plus classiques avec les parents comme la biguine, le compas, la musique traditionnelle et avec ses frères et soeurs les courants RnB, pop, rock, dance hall, reggae ou encore hip hop. La jeune fille s'immerge dans la musique, se fabrique beaucoup de "cassettes". Dans les soirées familiales, elle devient ainsi la préposée à la musique et elle y prend goût.


Du monde bancaire à l'univers DJ

En 2001, à 15 ans, Mélissa découvre le "mix". Grande collectionneuse de disques, elle s'ouvre les portes des vendeurs. Elle se rend dans les boutiques après ses cours au lycée où elle prépare un bac comptabilité gestion qu'elle obtient avant de poursuivre pour obtenir un DUT en gestion des administrations option financière. Une orientation qui surprend ses professeurs qui ont décelé ses forts penchants artistiques. 
Son premier emploi est celui d'agent de recouvrement pour l'OFI. Parallèlement son goût pour la création artistique s'affirme. La jeune fille enchaîne alors, avec une formation dans la production sur MAO (Musique assistée sur ordinateur). Mais tout cela n'est pas encore suffisant pour lui permettre de vivre. Le milieu est difficile à pénétrer.
Son expérience en comptabilité et en recouvrement lui permet d'intégrer le milieu bancaire en 2011 (Natexis). Elle y grimpe des échelons, travaille d'abord dans la monétique avant de devenir chef de projet. Entre temps, Mélissa Bruneau a continué à mixer, faire de la musique et s'est fait petit à petit une place dans le milieu DJ.
En novembre 2017, elle prend une décision :

"Je me suis dit, c'est soit la musique ou la banque et j'ai décidé d'arrêter la monétique et de me consacrer à la musique... et je ne regrette pas ce choix. Depuis je n'ai pas arrêté. Je fais beaucoup de soirées, j'ai participé à un festival en Martinique et plein de belles choses m'attendent à mon retour à Paris..."


L'univers amazonien de DJ Wakanda

Mélissa Bruneau est devenue Wakanda, un patronyme d'artiste choisi après mûre réflexion qui correspond à ses convictions spirituelles. 

"Je cherchais un nom amérindien ou africain qui peut intégrer les origines et qui avait un sens fort. Wakanda est un prénom amérindien du nord de la tribu des sioux qui veut dire pouvoir magique intérieur. J'ai eu le déclic. Ce prénom me parlait car pour moi la musique qui fait partie de moi, c'est mon pouvoir magique"

Ce prénom, elle l'utilise depuis des années et il lui porte chance. Après le succès planétaire du film Black Panther et de son royaume mythique Wakanda, elle a été invitée à participer en Martinique à une grande soirée sur le thème de Black Panther. Elle est allée à Londres, à Madagascar, à Mayotte et se rendra prochainement en Côte d'Ivoire et continue de sillonner la France.
Wakanda est habitée par une musique qui lui est personnelle. Elle prend sa source dans différents rythmes internationaux comme dans les rythmes guyanais du kassé ko, de l'aléké ou du sampula.
Sa recherche très intime et profonde dans ce domaine la conduit à réaliser un EP (un mini album de 6 titres) et un même temps un court métrage de 30 minutes qui raconte une histoire rythmée par ses créations musicales. 
A 33 ans, Wakanda produit son propre beat, une musique éclectique, tribale, amazonienne dont le support, cet EP enregistré à Cayenne, devrait sortir avant la fin de l'année.

La Guyane de demain : DJ Wakanda

Ce contenu n'est pas compatible AMP.