Vie chère : Le député Gabriel Serville interpelle le gouvernement

Véronique Bedz Publié le

Les consommateurs Guyanais subissent des prix élevés, notamment dans les grandes surfaces. Selon les éléments chiffrés que nous nous sommes procurés, les grandes surfaces pratiquent des marges allant jusqu’à 50 à 55%, sur des produits de consommation courante. Gabriel Serville interpelle le gouvernement sur le sujet.
Le député a écrit au premier ministre… « Le problème de la vie chère, écrit-il, est directement lié à la présence de groupes puissants qui sont en situation de monopole ou d’oligopole sur le marché guyanais dans les secteurs de la grande distribution, l’automobile, les matériaux de construction ainsi que de l’alimentation pour le bétail ».
Gabriel Serville parle de marges abusives, au détriment de l’intérêt général. De ce fait, écrit-il, toutes les efforts de l’Etat sont voués à l’échec.
Une des solutions, selon lui, est de favoriser l’émergence d’une concurrence saine.