Santé : les réunions se multiplient entre les médécins démissionnaires des urgences et les autorités sanitaires

Hôpital de Cayenne
© CL | Hôpital de Cayenne

Le dialogue a repris entre la direction du Centre Hospitalier Andrée-Rosemon et les médecins urgentistes démissionnaires.
Des solutions ont été proposées : le renforcement des équipes, et une meilleure organisation du travail. Les rencontres se sont multipliées ces deux derniers jours.

Thierry Merlin Publié le , mis à jour le

Depuis l’annonce de la démission de 17 médecins urgentistes au Centre Hospitalier de Cayenne, les autorités tentent de trouver des solutions à cette situation de crise. Vendredi dernier, les médecins urgentistes démissionnaires ont soumis leurs doléances à la direction du CHAR (Centre Hospitalier Andrée-Rosemon) en présence des membres du Conseil de l’ordre des médecins. Une rencontre qui a permis de mettre à plat les revendications des médecins et surtout d'évoquer l’organisation du travail.
La direction du CHAR s’engage à solliciter des médecins libéraux supplémentaires en Guyane. L’idée est de s’adresser à des agences d’interim spécialisées dans le médical.
Mylène Mazia , présidente du Conseil de surveillance confie :

Nous sommes satisfaits, l'objectif était de renouer le dialogue entre les deux parties afin de sortir de cette situation de crise. Le planning actuel ne correspond pas à une organisation optimale. Les médecins urgentistes sont en sous-effectif. Il sera fait appel à des personnels supplémentaires locaux, mais aussi à des agences spécialisées dans l'hexagone afin de recruter de nouveaux urgentistes. 


Les médecins urgentistes doivent de nouveau rencontrer la direction du CHAR et son conseil de surveillance vendredi 18 mai pour un point d'étape.

Le reportage de Guyane la 1ère :


Rencontre à la CTG

Samedi, le président de la CTG, (Collectivité territoriale de Guyane) Rodolphe Alexandre a rencontré le directeur de l’agence régionale de santé, Jacques Cartiaux. Ils ont évoqué des pistes pour améliorer le recrutement de nouveaux médecins. L’ARS se dit complètement d’accord avec les mesures à court terme (agences d'interim médicalisées et recrutement local) mais à plus grande échéance, entend mettre l’accent sur l’attractivité du territoire guyanais. Vendredi dernier, déjà, la délégation des médecins était reçue à la CTG. 
Rodolphe Alexandre, président de la CTG  rencontre les médecins démissionnaires
© CTG | Le président de la CTG rencontre les médecins urgentistes démissionnaires
Ces démissions en masse des médecins urgentistes ont provoqué une onde de choc. Aujourd'hui il est vital de revoir tout le système de santé en Guyane.