Roland Léandre élu à la tête du Parti Socialiste Guyanais

Roland Léandre
Roland Léandre, à la tribune, au siège du PSG, Cité Césaire, à Cayenne

Roland Léandre est le nouvel homme fort du Parti socialiste Guyanais. En clôture du 17ème Congrès, il a été élu secrétaire général, pour succéder à Marie-Josée Lalsie, qui n’était pas candidate à sa propre succession.

Véronique Bedz Publié le , mis à jour le

Roland Léandre est désormais le n°1 du parti. Il a été élu à la majorité absolue : 55 voix sur 58 (il y a eu 2 blancs et un vote pour Claude Mortin, qui n'était pas candidat).
Ce 17ème congrès se voulait rassembleur, mais les tensions sont restées tangibles, malgré tout. L'un des seuls grands moments d'unité a été le chant du parti, repris par l'ensemble des membres présents en clôture du Congrès, tous le poing levé. Mais au cours des débats, les divisions sont apparues, malgré les efforts pour afficher une image de parti soudé.

"Je vais voyager de par le monde"

Marie-Josée Lalsie, secrétaire générale sortante, a le sourire. Elle passe la main, mais n'abandonne pas complètement le PSG. Les statuts prévoient qu'elle accompagne le nouveau comité directeur, pendant son installation, et elle s'est engagée à continuer la formation. Mais Marie-Josée Lalsie veut prendre un peu de distance. Lorsque les membres du parti lui ont rendu hommage, elle les a prévenus : "je ne serai pas là en permanence, je vais voyager de par le monde".


Victor Joseph, candidat annoncé, jette l'éponge

Roland Léandre a été élu facilement, et pour cause : c'était le seul candidat. Victor Joseph était pourtant annoncé, mais une fois à la tribune, il a, à la surprise générale, annoncé son retrait."Ce n'est pas encore le moment" a-t-il expliqué. Victor Joseph (qui était le candidat du parti pour les législatives de 1997 face à Christiane Taubira) estime que son séjour en Martinique, pendant deux ans, l'a trop éloigné, pour pouvoir prendre de telles responsabilités. 
Roland Léandre, nouvel homme fort du PSG est assez peu connu du grand public. Discret, il est entré en politique en 2008, à Matoury. Elu dans l'équipe de Gabriel Serville en 2014, il fait aujourd'hui partie de la "majorité dissidente". 

Roland Léandre, homme de l'ombre

Dans les années 70-80, Roland Léandre était footballeur au Sport Guyanais. Il fait aujourd’hui partie de la direction du club. Son engagement associatif passe également par la défense de l’accès à la terre, avec les associations foncière Apatag et Graphoguy.
A 51 ans, Roland Léandre est marié, père de trois enfants de 25 à 18 ans et il exerce comme directeur de l’urbanisme et de l’architecture à la CTG. 
Avant les tensions à la section PSG de Matoury, le grand public n’avait que très rarement entendu parler de lui. Mais Roland Léandre se défend d’être un agitateur. "Si on a porté ma candidature, explique-t-il, c'est bien parce que les militants me connaissent en tant qu'homme de conciliation et de discussion. Je pense que je suis capable de fédérer, tout en étant capable de trancher".
En tout cas, il va devoir ressouder un parti gangrené par les disputes et les courants, et monter, avec les 16 membres de son comité directeur, un projet politique solide, en trois mois et demi : il a annoncé un congrès extraordinaire en novembre.