Playoffs de basket : pourquoi le Cosma a échoué en finale ?

La joie du capitaine de l'ASC Tours Frédéric Egalgi
© Myrna Glennie | La joie du capitaine de l'ASC Tours Frédéric Egalgi

Les basketteurs du Cosma ont échoué en finale des playoffs pour la quatrième année consécutive. Ils ont été battus 66 à 64 par l’ASC Tours, mercredi 3 mai. Retour sur cet échec.

Athys Jair Publié le

De longs déplacements, des décisions arbitrales contestables ou encore un manque d’expérience : quels sont les raisons de l’échec des basketteurs du Cosma ? Le titre de champion leur a échappé pour la quatrième année consécutive, mercredi 3 mais, lors des finales des playoffs de basket face à l’ASC Tours.

Quelles raisons ?

Certains pointent du doigt des décisions arbitrales en leur défaveur. Difficile d’un faire une cause principale, le Cosma a en effet eu en main son destin à plusieurs reprises. Ce sont la clairvoyance et la sérénité qui leur ont fait défaut à des moments clés du match.

Pour ceux qui évoquent le manque d’expérience, l’argument est battu en brêche. Des joueurs comme Ghislain Daniel, Jivan Mane, Juliano et Patrick  Jean Charles,Fabien Derogy et Alain Popoe possèdent tous les atouts d’un collectif bien rôdé et ayant déjà un vécu de basketteur.

Problème de récupération

Une autre donnée doit, en revanche, être prise en compte. Entre 1 500 et 25 000 km ont été parcourus par les St-Laurentais lors de la finale des playoffs. Il s’agit d’un problème de récupération évoqué par ces sportifs dans leur préparation psychologique et physique.

Ils n’étaient pas dans les mêmes conditions que leurs adversaires. Reste à réfléchir à moyen terme à  une structure qui leur permettrait d’évoluer à domicile et de partir sur le même pied d’égalité. Il reste qu’en sport ,la vérité c’est toujours le terrain.

L'actu en vidéo

La communauté des Savanes est candidate pour valoriser le site de Petit Saut

Le projet de valorisation de Petit Saut à Sinnamary est bloqué depuis 18 ans par le mauvais état de la route. L'axe routier est fermé depuis 2001. Ce site est exceptionnel et pourrait être une valeur ajoutée dans l'offre touristique guyanaise.