Les papillons cendre de retour à Kourou

Papillon cendre
© DR

Habituellement épargnée par l’insecte, Kourou a vu réapparaître depuis quelques jours les papillons cendre aux fléchettes urticantes. Sur les réseaux photos et témoignages se font de plus en plus nombreux.
 

Karl Constable
Publié le , mis à jour le

Hylesia-Metabus de son nom scientifique est donc de retour sur le plateau des savanes. On a plus l’habitude de parler de Sinnamary quand on évoque les désagréments que provoque la petite bête. Là-bas, on garde un souvenir douloureux de l’insecte, notamment en 2014, année où la ville s’était littéralement calfeutrée chez elle, toutes lumières éteintes, dès la nuit tombée.
Ce papillon se rencontre uniquement chez-nous en Amérique du Sud, notamment près des zones de mangrove mais pas uniquement, depuis le delta de l'Amazone (Nord-Est du Brésil) à l'Orénoque (Vénézuela), et notamment dans le plateau des Guyanes.
Le papillon cendre est surtout connu pour ses pullulations périodiques, et pour les réactions allergiques prurigineuses qui les accompagnent quand il est attiré vers les lieux éclairés. Un prurit, parfois aigu est causé par le contact de la peau avec certains « poils spécialisés » de l'abdomen des femelles. 
Les adultes de cette espèce, comme beaucoup de papillons de nuit, sont sensibles à la lumière, qui les attire et les piège. Ce qui augmente pour l'Homme le risque de contact avec les poils libérés par les papillons tournoyant autour des lampes.
 

L'actu en vidéo

La communauté des Savanes est candidate pour valoriser le site de Petit Saut

Le projet de valorisation de Petit Saut à Sinnamary est bloqué depuis 18 ans par le mauvais état de la route. L'axe routier est fermé depuis 2001. Ce site est exceptionnel et pourrait être une valeur ajoutée dans l'offre touristique guyanaise.