Guyane: couvre-feu de 21 heures à 5 heures jusqu'au 15 avril

Contrôle de police

Devant le non-respect des consignes dans ce que l’on considère comme une guerre contre la propagation du Coronavirus, les autorités durcissent le ton. Le préfet de Guyane a mis en place un couvre-feu sur l’ensemble du territoire jusqu’au 15 avril.

Karl Sivatte
Publié le

Les rumeurs de ces derniers jours se sont donc confirmées.L’absence de discipline d’une partie de la population a conduit le préfet à instaurer un arrêté réglementant les déplacements. Sans parler de couvre-feu, la loi d’urgence du 23 Mars 2020 permettait aux préfets de prendre des mesures dans cette lutte contre le coronavirus. Moins de 24 heures après, un arrêté préfectoral précise les nouvelles conditions de circulation sur le territoire de la Guyane.
 
 

contrôle forces de gendarmerie
| Les contrôles vont être diligentées pour faire respecter l'arrêté préfectoral

Couvre-feu sur l'ensemble du territoire de la Guyane

Dès ce mardi soir (24 Mars), tous les déplacements sont interdits sur l’ensemble du territoire entre 21 heures et 5 heures du matin. Le non-respect des consignes liées au confinement est au centre des décisions prises ce 24 Mars 2020. Pour faire entendre raison aux récalcitrants, les policiers et gendarmes pourront verbaliser.  
Durant cette période de couvre-feu, seuls quelques motifs permettent de circuler avec toutefois des conditions restrictives. Au titre des autorisations encadrées figurent les salariés sur leur trajet professionnel, les motifs de santé ne pouvant être différés, les déplacements pour motifs familiaux impérieux pour ne citer que ces cas. Mais pour tout déplacement dans ce créneau, il faudra dûment le justifier lors des contrôles opérés par les forces de l’ordre.
Parmi les décisions de cet arrêté, il faut noter que les commerces alimentaires doivent baisser leurs rideaux au plus tard à 20h30.
 
Couvre-feu
| Après la phase de communication et de prévention, militaires et policiers vont traquer les contrevenants

Avec ce durcissement de ton, cet arrêté donne de nouveaux moyens aux représentants des forces de l’ordre pour son application. Et parmi l’arsenal des contraventions et amendes, elles peuvent aller jusqu’à 3.750 € en cas de récidive. Pour l’heure, selon le préfet de Guyane, Marc del Grande,

les consignes sont respectées par la majorité des guyanais, les réfractaires sont peu nombreux mais mettent à mal la stratégie pour mener « la guerre » au coronavirus ».

Depuis le début de cette crise sanitaire, la Guyane compte 27 cas avérés de coronavirus dont 6 guéris. La majorité de ces cas est rangée dans la case des importés avec 3 cas secondaires. L’appropriation des gestes-barrières est l’une des armes pour remporter cette guerre, solidarité et discipline sont les maîtres-mots à véhiculer pour un barrage collectif et durable.