Montagne d'or : une semaine qui s'annonce cruciale

Le site de la Montagne d'or
Le site de la Montagne d'or

Cette semaine est importante pour la compagnie Montagne d’or. La résolution d'une soixantaine de députés pour l’interdiction de l’usage de cyanure dans l’extraction minière est en effet examinée ce 7 février à l’Assemblée Nationale. La société est explicitement visée par cette démarche.

Jessy Xavier/CL Publié le , mis à jour le

La société Montagne d'or est explicitement visée par cette résolution pour l'interdiction du cyanure par les sociétés minières déposée au mois de décembre 2018 au bureau de l'assemblée nationale. Examinée en séance du 7 février, cela intervient dans une année où l’attribution des autorisations administratives pour la poursuite du projet industriel sera posée. 
 

2019 une année cruciale pour Montagne d'or

Alors que l’entreprise qui s’appelait, à ce moment, Sotrapmag lançait en 2010 ses campagnes d’exploration au Camp Citron, la société devenue depuis Compagnie Montagne d’or est aujourd’hui dans une phase cruciale pour son projet. Cette année 2019 décidera de l’avancée ou non de ses démarches en vue d’obtenir les autorisations environnementales et minières nécessaires. Après le débat public qui a eu lieu de mars à juillet 2018, la compagnie annonçait en novembre sa volonté de poursuivre son projet en procédant à des modifications de son dossier afin d’apporter plus de garanties sur la maîtrise des impacts sur l’environnement. Mais plusieurs aspects techniques font encore débat comme on le constate avec la question de l’utilisation du cyanure. D’autres étapes se poursuivent dans le même temps. Le 23 janvier dernier, Jean-Claude Mariema et Philippe Marland, ont été désignés par la commission nationale du débat public comme garants de la participation du public en prévision de l’enquête publique.
L’Etat reste de son côté très prudent sur ce débat controversé tant au niveau local que national.

 

L'actu en vidéo

Vie chère : un nouveau blocage de supermarché

La vie chère dans tous les secteurs de la consommation, une situation qui n'est plus tenable. Les 500 frères et un collectif d'associations montent au créneau. Ils se sont mobilisés devant le super marché de Matoury.