L'IFAS Michel Néron : l'année des défis

Rentrée des jeunes athlètes de l''IFAS
© Jessy Xavier | La rentrée des jeunes athlètes de l''IFAS

L'institut de formation et d'accès aux sports Michel Néron a effectué sa seconde rentrée le 2 septembre. Il affiche complet et devrait connaître désormais un rythme de croisière.

Jessy Xavier Publié le , mis à jour le

Les élèves de l'IFAS Michel Néron ont tous effectué leur rentrée à Cayenne. Cet insttitut  a vocation à accompagner les jeunes sportifs sélectionnés dans différentes dsiciplines et dans leur scolarité. L’an dernier, 41 jeunes athlètes étaient suivis par l’IFAS  dans 4 disciplines différentes, ils sont désormais 67 représentant 7 sports (karaté, handball, basketball, rugby, tennis, athlétisme et football).
L'internat affiche désormais complet. Ils sont 46 en internat et une vingtaine en demi-pension ou en externe. Après une première année où chacun devait prendre ses marques, l'IFAS semble parti pour un fonctionnement optimal comme l'indique sa directrice, Valérie Castor.

Valérie Castor


Si l'année dernière, les atlètes s'entraînaient dans un hall sportif en travaux, cela ne sera plus le cas pour cette rentrée. Le hall sportif universitaire est achevé et pleinement opérationnel; C'est le cas de tous les équipements rattachés à l'IFAS.
Entre l'IFAS et l'ensemble des pôles, médical, sportif et logistique, une trentaine de personnels s'activent dans ce centre sportif.
L'athlétisme compte 4 pensionnaires, la prometteuse Océane Simon en fait partie. Minime 2ème année, la jeune fille est spécialiste du sprint et du saut en longueur. Elle vient de Saint-Laurent et sera séparée pour la première fois de sa mère mais est fière d'intégrer ce centre.

Océane pensionnaire de l'IFAS et sa mère Odile

Si cette structure s'occupe de former l'élite sportive de la Guyane, elle propose également des formations aux métiers du sport.

L'actu en vidéo

Vie chère : un nouveau blocage de supermarché

La vie chère dans tous les secteurs de la consommation, une situation qui n'est plus tenable. Les 500 frères et un collectif d'associations montent au créneau. Ils se sont mobilisés devant le super marché de Matoury.