Haïti : le départ de la Minujusth a été voté par l'ONU

Minujusth
© DR

La Minujusth va quitter Haïti à partir du 15 octobre prochain. La mission de la police de l’ONU a été prorogée de 6 mois par le Conseil de sécurité des Nations unies. Le gouvernement Haïtien estime que ses propres forces de sécurité peuvent assurer l’ordre public. 

Marie-Claude Thébia Publié le , mis à jour le

La Minujusth va quitter Haïti à partir du 15 octobre prochain. La mission de la police de l’ONU a été prorogée de 6 mois par le Conseil de sécurité des Nations unies. Le gouvernement Haïtien estime que ses propres forces de sécurité peuvent assurer l’ordre public.


La République Dominicaine s'est abstenue

13 membres du Conseil sur 15, ont approuvé le renouvellement de l’autorisation de la mission de police de la Minujusth en Haïti jusqu’en octobre 2019. La Russie et la République Dominicaine se sont abstenues. La République Dominicaine notamment voulait que la police de l’ONU reste au-delà de cette date. Des élections législatives doivent être en effet organisées en Octobre en Haïti. Le voisin Dominiquais craint pour l’équilibre du pays.


Un voeu du gouvernement Haïtien 

Cette résolution marque la dernière étape du désengagement de l’ONU en Haïti. Le scandale de l’épidémie de choléra a laissé des traces. En 2017, les casques bleus de la Minustah ont quitté le pays. Ils étaient sur l’île depuis 2004, suite à la destitution du président Jean-Bertrand Aristide.
La Minujusth a été créée pour la suppléer. Elle est composée de 15 000 policiers.
Le gouvernement Haïtien a souhaité le départ de cette mission. Depuis des années il estime "s’être engagé dans la formation et la professionnalisation de la police nationale".


L'inquiétude des observateurs 

Les observateurs restent inquiets par ce départ annoncé. La recrudescence des gangs, la violation des droits de l’homme, l’instabilité politique montent en puissance dans le pays. La présence de l’ONU sera caractérisée par une simple mission politique dans les secteurs de la justice, police, droits humains…Le départ des policiers de l’ONU sera échelonné jusqu’en octobre 2019.