Le gouvernement et les élus guyanais réclament un fonds international pour l'Amazonie

La forêt amazonienne
© Yves Robin | La forêt amazonienne en direction de Maripasoula

La ministre des outre-mer, le président de la CTG, les deux sénateurs de Guyane et le député Adam ont signé une tribune publiée dimanche dans le JDD. Ils réclament un fonds international pour faire face aux incendies en Amazonie  et le doublement des crédits européens de coopération régionale.

Laurent Marot/CL Publié le , mis à jour le

La Guyane, un atout dans la communication de l’Elysée sur cette crise : le chef de l’Etat a demandé à des élus guyanais de co-signer une tribune publiée dans le Journal Du Dimanche qui plaide pour la création d’un fonds international pour l’Amazonie . Rodolphe Alexandre, président de la CTG :

... le but c'est que nous soyons nous en Amazonie, nous la Guyane, territoire français au coeur du dispositif pour un fonds d'intervention contre les feux d'incendies de forêts...

Les signataires sont la ministre des outre-mer, le président de la CTG, les sénateurs Karam et Patient, et le député Lénaick Adam. Ils demandent à l’Europe le doublement des fonds de coopération régionale pour l’Amazonie :

Il est prévu d'abonder les fonds européens sur le fonds POA Amazonie, qui visera la reforestation et à la fois la lutte contre l'orpaillage illégal, la "mercurisation" et même temps à protéger les peuples amérindiens et à favoriser une coopération avec l'institut Chico Mendes au Brésil

Affiché comme signataire, le président du Grand Conseil Coutumier Sylvio Van Der Pilj désapprouve le texte final :

... j'ai donné un accord de principe visant de manière générale à protéger la forêt amazonienne. J'ai émis des propositions sur la ratification de la convention 169 de l'OIT et cela ne'y figure pas, je me désengage...

Les amérindiens de Guyane réclament de longue date la ratification par la France de la convention 169 de l’OIT, l’Organisation Internationale du Travail. Laquelle reconnaît l’intégralité des droits des peuples autochtones.

Gabriel Serville n’a pas signé

Sollicité par le ministère des outre-mer, le député Gabriel Serville (Groupe Gauche Démocrate et Républicaine) n’a pas signé cette tribune. Il n’était pas d’accord sur deux points du texte. D’abord la mise en avant de la stratégie écologique 5.0 du ministère des outre-mer, qui relève selon lui uniquement « d’une opération de communication ». Gabriel Serville ne voulait pas non plus s’associer à « l’union » affichée dans cette tribune « autour de la CTG » pour demander le doublement des fonds européens de coopération pour l’Amazonie, alors que « cette collectivité soutient le projet minier Montagne d’or », nous a-t-il indiqué.

L'actu en vidéo

Vive tension à l'ilet Malouin pour empêcher l'installation de squatters

Vive tension à l'ilet Malouin à Cayenne pour empêcher l'installation de squatters