Femmes guyanaises : Sonia Francius

Sonia Francius
Femmes guyanaises

Dans le cadre de la journée mondiale de la femme le 8 mars prochain, nous vous proposons 7 portraits de femmes guyanaises qui dans leur domaine ont été des pionnières. Premières à avoir assumé des fonctions ou des métiers nouveaux participant ainsi à la valorisation de la femme en Guyane

Aline Belfort Publié le , mis à jour le

Sonia Francius : première guyanaise directrice du cabinet d'un recteur de la Guyane; première inspectrice d'académie, directrice des services départementaux de l'éducation nationale guyanaise, première femme et guyanaise directrice d'un service déconcentré de l'état : la jeunesse, les sport et la cohésion sociale.
Le parcours professionnel de Sonia Glorie-Francius en tant que première femme et Guyanaise, à la direction d’un service déconcentré de l’état : la jeunesse, les sports et la cohésion sociale, a valeur d’exemple.
 Née à Saint Laurent du Maroni en Guyane, Sonia Glorie-Francius effectue sa scolarité à Saint-Laurent et en Martinique où elle débute sa carrière d’institutrice.

 
Une carrière professionnelle riche par sa diversification

Sonia Glorie-Francius a enseigné 6 ans dans le primaire avant d’être  nommée, en 1986, médiatrice culturelle  puis conseillère pédagogique pour l’enseignement de la langue et la culture créole en primaire. Elle constitue avec Arsène Bouyer d’Angoma et Emmanuella Rattier, le trio de pionniers chargés officiellement d’organiser l’enseignement des langues et cultures régionales par l’inspecteur d’académie Sylvière Farraudière.

Le corps d’inspection, un accès attendu.

En 1991, Sonia Glorie-Francius réussit le concours d’Inspecteur de l’Education Nationale. Après une année de formation à Paris, elle regagne son pays natal à la rentrée 1992. De nombreuses actions innovantes sont mises en place, en étroite collaboration, avec Eliane  Rabord, Conseillère pédagogique extrêmement dynamique.
 

Un évènement majeur et déterminant intervient dans  carrière de Sonia Francius : la création du rectorat.

Cet évènement majeur a été une grande date pour la Guyane. Suite au mouvement lycéen de 1996, la Guyane a obtenu la création d’un rectorat.
Le premier recteur, monsieur Duverger, sollicite la collaboration de notre Inspectrice, pour la mise en place de cette nouvelle institution.
Sonia nous expose les difficultés qu’il fallait surmonter. « La création de ce rectorat  a été décidé en un laps de temps très court, il fallait trouver des moyens matériels et humains pour satisfaire les grandes attentes des jeunes ».  C’est ainsi que notre Inspectrice a assumé de 1997 à 1999, une triple mission celles de :
- Déléguée académique aux relations internationales et à la coopération. (DARIC)
- Déléguée académique à l’action culturelle.
- Directrice de communication.
A l’arrivée du nouveau Recteur monsieur Bellegarde en 2000, Sonia  Glorie-Francius est sollicitée pour assurer la fonction de Directeur de Cabinet et de directrice de communication. Elle s’y est dévouée durant 4 années.
 Ainsi, Sonia Glorie-Francius a été la première Guyanaise à avoir exercé la fonction de Directrice de Cabinet au rectorat de la Guyane. Elle est intégrée en 2003 dans le corps des Inspecteurs d’Académie-Inspecteur Pédagogique Régionale pour l’administration et vie scolaire.
 De 2004 à 2007, Inspectrice d’Académie -Pédagogique Régionale, Sonia est successivement l’adjointe de deux recteurs.
 2007 a été une année capitale dans la carrière de Sonia Glorie-Francius. Elle accède, successivement, à deux  emplois fonctionnels de directeurs d’administration territoriale de l’Etat :
En 2007,  Directrice des services de l’Education Nationale des Landes de septembre  2007 à janvier 2011.
En 2011, Directrice de la Jeunesse, des sports et de la Cohésion sociale de Guyane.
Des motivations réfléchies et raisonnées pour  une expérience professionnelle, hors de Guyane.
Elle nous explique, qu’ il s’agissait,  après l’acquisition de compétences et de connaissances solides dans son métier, de faire un choix : soit de demeurer au second plan des responsabilités, soit de décider de surpasser ce qui constitue un réel obstacle sur le parcours des domiens, notamment dans la fonction publique de l’Etat, accéder  au postes de direction de niveau supérieur ».
Sonia Glorire-Francius souhaitait réaliser ce qu’elle avait conseillé aux jeunes  des années durant : assumer des postes à responsabilités et entreprendre en Guyane ».
Sonia Glorie-Francius, est nommée Directrice des services de l’Education des Landes de septembre  2007 à janvier 2011.
La Réorganisation Administrative Territoriale de l’Etat (REATE), une opportunité.
 En 2011, Sonia Glorie-Francius peut réaliser son projet de retour. La REATE lui offre la précieuse occasion de revenir en Guyane après 4 années d’absence.
Dans le cadre de la réorganisation administrative et territoriale des services de l’Etat de nouveaux grands services sont créés par la fusion des précédents. En 2011, elle obtient sa nomination  à la direction de la jeunesse, des sports, la cohésion sociale en Guyane. Cette fonction est en parfaite adéquation avec ses motivations.
Sonia Glorie-Francius est la première femme et la première Guyanaise nommée à la Direction d’un service déconcentré de l’Etat : la Jeunesse, les Sports et la Cohésion Sociale en Guyane.
 
Une femme dans un domaine professionnel à dominance masculine.
Elle reconnaît n’avoir pas eu à vivre, du moins de manière directe et manifeste, de comportements sexistes  dans ses fonctions.
 
Que pense t-elle de la jeunesse ?
Elle évite les jugements rapides et davantage encore les généralisations négatives.  Sonia  Glorie-Francius pense que les jeunes de Guyane méritent d’être mieux connus.
 
Distinctions
Un tel parcours d’exception, ne peut-être que récompensé. Sonia a été promue : Officier des palmes académiques en 2003.
Chevalier dans l’Ordre national du Mérite en 2001.
Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur en 2009.
 
Sonia Glorie-Francius est un exemple de fidélité à son pays, la Guyane, par ses engagements qui ont toujours motivé ses choix tant sur le personnel que professionnel.
Que son exemple encourage notre jeunesse à travailler intensément, à franchir toutes les difficultés pour occuper avec compétence des postes d’importance au plus haut niveau, chez eux et aussi ailleurs.
 
 
 

L'actu en vidéo

La filière avicole, ne veut pas se faire plumer

Interviews : 1. Pascal Fricker, directeur de la coopérative avicole et cunicole de Guyane 2. Ernest Prévot, président des MPI de Guyane