A Mo Ki Di

Du lundi au vendredi à 08h10.

A Mo Ki Di

Souffler avant de conduire, yes

Phil Labonté
Publié le

Vous connaissez tous l’expression : « Boire ou conduire, il faut choisir ».
Le choix de conduire sobrement sans aucun risque, ou presque, en respectant le code de la route, ou celui d’éviter le volant, après quelques verres, et ne pas s’exposer aux amendes, pertes de points, voire les cases tribunal ou prison, en cas de contrôle.
 
Force est de constater malheureusement que beaucoup d’entre nous, ignorant ou bravant les contrôles de police et de gendarmes, optent pour les deux : boire et conduire. Conduire à des taux d’alcoolémie très élevés en se disant, je gère, je suis dur à cuir, je tiens l’alcool, tout ira bien. Min jou mal pa gin panga. Résultats : de très nombreux accidents, souvent mortels qui marquent à vie de nombreuses familles, les statistiques sont là pour le prouver.
 
Mais, et si un jour, nous n’avions plus le choix : le choix que de conduire, et cela en cas de généralisation de l’éthylotests anti-démarrage.
Les véhicules de certains transporteurs, faut-il le préciser, sont déjà équipés de ce dispositif.
Des transporteurs obligés du coup de gérer leur consommation ou de ne pas boire du tout s’ils veulent travailler et gagner leur pain quotidien.
 
Pour l’heure, la mesure n’est envisagée que pour les conducteurs condamnés : c’est l’une des propositions, du conseil National de la sécurité routière, qui sera soumise au vote la semaine prochaine.
 
Alors, imaginons un jour l’extension de cette mesure : toutes les voitures obligatoirement équipées d’éthylotests anti démarrage ; je peux vous dire que je connais beaucoup de véhicules qui auront du mal à décoller de certains parkings à certaines périodes de l’année.
 
La mesure pourrait en effet paraitre contraignante mais au finale, en termes de prévention, est ce que ce ne serait mieux pour tout le monde ? A méditer…
 
Charly Torres, A MO KI DI