A Mo Ki Di

Du lundi au vendredi à 08h10.

A Mo Ki Di

Sixième décès Dengue... suite hémorragie

Marc Duvil
Publié le

Je m’appelle Aedes. Mon nom : AEGYPTI. Vous me connaissez très bien, je suis la star des moustiques en ce moment. Pas un journal radio ou télévisé sans qu’on ne parle de moi. Je suis adulé, aimé, admiré sur tout le territoire notamment sur la bande littorale de Cayenne à Saint-Laurent-du-Maroni. Quelques détracteurs tout de même, mais que voulez-vous ; personne ne fait l’unanimité.
Ne soyez donc pas jaloux, cette réputation n’est pas due au hasard, elle a été soigneusement préparée et forgée depuis de très nombreuses années. A l’inverse de certains de mes congénères, je suis allergique à l’eau sale et boueuse. Il me faut de l’eau claire et propre pour m’épanouir, dans vos pots et vases à fleur à l’intérieur et à l’extérieur de chez vous. C’est dans les récipients que vous nettoyez si rarement que j’ai largement le temps de me « larver » en toute quiétude avant ma transformation en un jeune et beau Aedes, prêt à se nourrir du sang que je vous pique chaque jour. Et pour vous prouver ma gratitude, je vous offre en échange mon petit virus de la dengue qui visiblement ne laisse personne indifférent.
Certains, du coup, sont atteints de fièvre, de vomissements, de douleurs abdominales, de saignement pouvant, comble de l’émotion, conduire à la mort. Un charme foudroyant, sans antidote, en cas de prise en charge tardive, et cela au grand désarroi des médecins. Ne me remerciez surtout pas, c’est ma façon à moi de manifestation ma reconnaissance.
Oui, moi Aedes AEGYPTI, je suis irrésistible. 6 décès déjà à mon palmarès, et grâce à votre aide, je compte effectuer encore d’autres conquêtes mortelles. Merci pour votre contribution qui fera bientôt de moi Aedes, une véritable arme de destruction massive.

Charly Torres, A MO KI DI