A Mo Ki Di

Du lundi au vendredi à 08h10.

A Mo Ki Di

Les maires qui dérapent : à qui la faute ?

Phil Labonté
Publié le

Le maire d’Apatou mis en examen la semaine dernière pour des faits présumés de corruption. L’enquête se poursuit et le tribunal tranchera peut-être sur le cas de Paul Dolianki, aujourd’hui dos au mur comme l’ont été certains de ses homologues auparavant.
 
Une affaire qui a relancé les bons vieux clichés sur nos élus : tous pourri, ne pensent qu’à leur intérêt personnel au détriment de l’intérêt général.
En politique, comme ailleurs, il y a forcément des canards boiteux, de mauvais éléments, ceux qui n’hésitent pas  jouer, à contourner les règles de la comptabilité publique, à s’assoir sur le code général des marchés publics pour se remplir les proches ; oui, ceux là ils existent, mais ne représentent qu’une minorité face à une grande majorité d’édiles, honnêtes, travailleurs ; consciencieux et peut-être même, pour certains, un peu trop naïf et ignorant.
 
Comment expliquer autrement alors tant d’erreurs et de maladresses aussi flagrantes et grossières. Comment un élu, sinon, peut-il imaginer qu’utiliser les derniers publics à des fins personnels passera inaperçu ; qu’attribuer de très grosses subventions injustifiées à une association, n’interpellera pas ; octroyer un marché sans appel d’offre ne tombera pas sous le coup de la loi et n’attirera pas l’attention d’un conseil municipal et d’un contrôle de légalité alerte, soucieux du respect de la loi.
 
C’est à se demander si les nouveaux maires, surtout ceux des petites communes, disposent de la formation et de l’encadrement nécessaires pour ne pas déraper, rester dans le droit chemin.
 
S’il s’agit effectivement d’un problème de formation ; certains devraient sérieusement s’interroger sur leur mission, notamment l’association des maires qui semble faire peu de cas de ses adhérents.
 
Charly Torres, A MO KI DI