A Mo Ki Di

Du lundi au vendredi à 08h10.

A Mo Ki Di

La frontière entre foot et politique

Phil Labonté
Publié le

Un peu de politique pour changer effectivement du traditionnel football. Mais à bien y réfléchir, la frontière entre les deux est-elle si évidente que cela ?? Quelques éléments de réflexion pour mieux comprendre.
 
Le sport au service de la guerre froide d’après guerre ; une arme permettant à chaque bloc de montrer sa force et sa supériorité. Une épreuve de force politico sportive avec ses dérives en terme de dopage.
Autre exemple : les JO de México 68 : deux sprinters noirs américains sur le podium, bras levé, gants noirs à la main : un geste fort pour dénoncer la marginalité et l’exclusion des noirs aux Etats-Unis.
 
Par ailleurs, des anciens sportifs, présidents de clubs ou de ligue qui passent aisément du terrain sportif au terrain politique : les exemples ne manquent pas chez nous…
Autre constat : les bons résultats sportifs, d’une façon générale, rejaillissent sur l’image de la commune, de la ville concernée… L’image d’une ville ou d’un pays qui gagne c’est forcément bon pour les élus qui vont chercher à les convertir en succès électoral…
La France qualifiée ou vainqueur de la coupe du monde de football ferait à coup sur remonter la quote de popularité d’un François HOLLANDE en plein dégringolade en ce moment.
 
Une ville, un pays qui gagne, c’est aussi bon pour le moral ; le moral des citoyens qui se remettent à avoir foi en l’avenir, à consommer, investir et ainsi relancer l’économie, sans compter les grosses sommes en jeu en terme de sponsoring et de retombées publicitaires.
 
Vous le voyez donc, l’enjeu du match de cet après-midi dépasse largement la sphère sportive. Une pression, une difficulté supplémentaire pour les bleus embarqués dans une délicate mission : mais ne dit-on pas qu’IMPOSSIBLE n’est pas français.
 
C’est plus que jamais l’occasion de le prouver.
 
Charly Torres, A MO KI DI