A Mo Ki Di

Du lundi au vendredi à 08h10.

A Mo Ki Di

La carte Phinéra-Horth pour le PSG ?

Phil Labonté
Publié le

« L’idéal aurait été qu’il y est un accord entre Marie-Laure Phinéra-Horth et le Parti Socialiste guyanais ». Une petite phrase signée Antoine Karam face à Nadine Félix et José Charles-Nicolas sur le plateau télévisé de Politique. Guyane du 28 Novembre dernier.
 A la question, la ville Cayenne doit-elle rester un bastion du PSG, la réponse de l’ancien secrétaire du parti a fait vibrer les fondations du local de la citée Césaire à Cayenne.
Réaction imminente dans un communiqué signé Georges Elfort, secrétaire général adjoint, qui exhorte les militants au respect des décisions et règlements du parti et de s’en tenir à la convention de Sinnamary du 05 Octobre dernier, précisant, je cite, que « le PSG conduirait une liste pour les élections municipales de la ville de Cayenne en Mars 2014. ». Antoine KARAM est en claire prié de rentrer dans les rangs, de respecter la discipline du parti et de se taire, comme les autres. C’est une question de bon sens politique estime pourtant Antoine KARAM, prêt à jouer les médiateurs pour ramener Marie-Laure au Bercail, au pire, aboutir à cet accord de circonstance qu’il espère tant. Mais, le parti ne l’entend pas de cette oreille. Ce serait à Marie-Laure PHINERA-HORTH d’effectuer le premier pas à laissé entendre, dans invité café ce matin, Georges Elfort : les portes ne seraient donc pas totalement fermées. En attendant, une seule directive : la résolution de Sinnamary. Résolution qui se résume en trois points : des listes d’ouverture dans certaines communes ; listes d’union avec d’autres forces de gauches pour d’autres secteurs et participation de militants sur des listes d’ouverture. Point barre.
Marie-Laure Phinéra-Horth est donc prévenu, à moins d’un revirement de dernière minute, le PSG ne lui fera pas de cadeau et compte bien lui barrer la route en mars prochain. Mais, reste un point fondamental à régler : qui mettre en face d’elle ? Pas de réponse précise pour le moment ; une réponse très attendue et qui donnera une petite idée sur la continuité ou non de l’histoire d’amour qui lie Cayenne au parti socialiste guyanais depuis 1965.
Pour le PSG, c’est donc l’heure du juste choix.

Charly Torres, A MO KI DI