Education : la fronde des syndicats

Le lycée Félix Eboué
© Académie de Guyane | Le lycée Félix Eboué

Une grève dans l’éducation ce jeudi 4 avril. Les syndicats de l’éducation disent non à la loi Blanquer. Au lycée Félix Eboué, autre revendication : ils se battent contre la réduction des cours de l’unique classe préparatoire littéraire aux grandes écoles.
 

Marie-Claude Thébia
Publié le , mis à jour le

Une grève dans l’éducation ce jeudi 4 avril. Les syndicats de l’éducation disent non à la loi Blanquer. Ils rejettent en masse "l'Ecole de la confiance" et s'unissent au mouvement national. Au lycée Félix Eboué, en revanche, ils se battent contre la réduction des cours de l’unique classe préparatoire littéraire aux grandes écoles.


Réduction des heures de cours

Au lycée Félix Eboué les syndicats ont déposé un préavis de grève pour protester contre la réduction des horaires prévus par la direction de l’établissement concernant la classe préparatoire littéraire aux grandes écoles. Dans un communiqué, le SNES-FSU et SUD education avec le soutien du SGEN-CFDT et du SE-UNSA alertent les parents d’élèves et estiment que "ces suppressions sont non réglementaires". Ils exigent le maintien de cette classe préparatoire littéraire aux grandes écoles ( CGPE) en Guyane. Une classe ouverte depuis 2006.


Revendications multiples

Autre mouvement de grève : les syndicats de l’éducation font front commun contre la loi pour "l’Ecole de la confiance" de Jean Michel Blanquer le ministre de l’Education nationale votée le 19 mars par les députés. Les organisations syndicales de l'éducation en Guyane FSU, SGEN-CFDT, FNEC-FP-FO SUD Education, STEG-UTG et SE-UNSA évoquent la destruction programmée du service public. L'intersyndicale estime que ce projet détruirait "un peu plus le système éducatif en Guyane et génèrerait plus d'échec scolaire".
Ils soutiennent également "que les postes d’enseignants sont en réduction en Guyane" en totale contradiction avec les annonces du rectorat. Selon les syndicats "le système éducatif nécessite une réelle prise en compte compte-tenu des réalités locales".
Un mouvement de grève nationale a été lancé sur la totalité du territoire français. Les syndicats Guyanais appellent à une mobilisation devant le rectorat de Guyane le jeudi 4 avril.