Douanes : la lutte contre le phénomène des mules s'intensifie

douanes
© Kessi Weishaupt

Présentation du bilan des douanes pour l'année 2018, à la mairie de Cayenne. Face à l'ensemble des partenaires (préfet, police aux frontières etc...) le directeur régional des douanes a déroulé le détail des saisies mais aussi présenté de nouvelles méthodes travail. 

Kessi Weishaupt/MCT Publié le , mis à jour le

Présentation du bilan des douanes pour l'année 2018, à la mairie de Cayenne. Face à l'ensemble des partenaires (préfet, police aux frontières etc...) le directeur régional des douanes a déroulé le détail des saisies mais aussi présenté de nouvelles méthodes travail. Le dossier le plus brûlant reste sans doute la lutte contre le trafic de cocaïne et le phénomène des mules, 
La nouvelle approche esquissée, voulue, semble avoir pris forme avec tous ces acteurs de la lutte...


L'or en pointe

Pour les douanes de Guyane l'année 2018, ce sont d’abord des saisies : 7kg d’or, 813Kg de tabac de contrebande, 6 armes, fraude fiscale : 115 355 euros ou encore 7 tonnes de marchandises de contrebande visant le marché de Cayenne.
Dans l'ensemble tous ces chiffres étaient plus élevés en 2017. Pour ces motifs, seules les saisies d'or, ont été plus importantes en 2018 que l'an précédent (7kg en 2018 contre 3,9 en 2017).


La lutte contre le trafic de drogue

Mais le pan le plus fort du travail des douane reste sans doute : la lutte contre les trafics de stupéfiants. Le nouveau dispositif de lutte contre les mules en Guyane à été lancé sans annonce, le 15 février dernier.
Les saisies de drogues s'élevaient à 1 tonne 02 en 2018 : la plupart étant de la cocaïne (1024kg) (contre 1,7 tonne en 2017). Les douanes ont connu une explosion de leurs résultats en la matière depuis 2015 passant de 171 interpellations de passeurs à 500 l'an dernier.(171 en 2015, 278 en 2016, 317 en 2017 et plus de 500 en 2018 avec une flèche vers le haut).
Alors, pour faire face à ces flux de passeurs de drogues, les forces s'unissent et changent de méthode : cibler en amont les possibles mules.

Alexis Lopés directeur régional des douanes explique :

"Il est bien évident qu'il n'y a jamais de contrôle complet. Nous voulons contrôler les flux à partir de profils ciblés".


Un profil type et un arrêté

Le profil type est celui d'un jeune homme célibataire guyanais et surtout à 60% surinamais. La double nationalité lui permettant de se déplacer plus simplement et présentant des liens suspects avec d'éventuels trafics...Si l'une de ces personnes suspectées de trafic se présente à l'aéroport, elle se voit éditer sur place, un arrêté, en provenance de la préfecture, ce qui lui interdira tout déplacement dans les trois jours suivants et l'exposera à une éventuelle interpellation.Laurent Astruc directeur départemental Police de l'Air et des frontières précise :

"Si prendre l'avion devient plus compliqué, cela peut être nécessaire pour faire baisser la délinquance."


L'objectif est donc pour les forces de l'ordre de dissuader les mules pour s'attaquer au contraire au têtes de réseaux... de plus en plus innovantes et organisées..
L'an passé 486 mules ont été interpellées dont une centaine ayant incorporé les stupéfiants.