Macouria : Le village Norino met à l'honneur la culture palikur et le savoir faire des femmes

Le travail de la vannerie au village Norino
© CL | Des paniers fabriqués avec la feuille de l'arouman par les femmes

Durant trois jours, le village Norino à Macouria, en bordure du CD5, a ouvert ses carbets aux visiteurs. L’occasion de découvrir ou redécouvrir la culture des amérindiens palikur et plus particulièrement le savoir-faire des femmes.
 

CL/IL/AH Publié le , mis à jour le

Le village Norino de Macouria sous un soleil de plomb pour la seconde édition du week end des femmes Parikwanoh. Vannerie et bijoux colorés, peintures corporelles, poterie, fabrication du couac, poterie, gastronomie, jeux traditionnels. Pendant trois jours petits et grands ont profité de la manifestation, un enrichissement culturel source d’émerveillement.

Des paniers fabriqués par les femmes palikur
© CL | Des paniers fabriqués par les femmes palikur
Un moment de rencontre voulu et organisé par les femmes palikur. Certaines sont venues de loin, comme Markilène, originaire de Saint-Georges et représentante de l’association Matap. La jeune femme grille le couac sur une grande platine devant les yeux de jeunes curieux ébahis.
La fabrication du kwak, démonstration au village Norino
© CL | La fabrication du kwak
A travers cette opération le village Norino montre qu’il n’est pas nécessaire d’attendre la journée internationale des droits de la femmes pour mettre ces dernières à l’honneur.
Les "Macoquilles" du village Norino
© CL | Les "Macoquilles" du village Norino
L'année prochaine, le village fêtera ses 15 ans d'existence, les habitants se penchent déjà sur le programme.

L'actu en vidéo

La Cotonnière : les habitants sous la menace d'une expulsion sont inquiets

La Cotonnière : les habitants sous la menace d'une expulsion sont inquiets. La Semsamar chargée du dossier de régularisation de cette zone son directeur apporte des explications sur cette affaire