Le casse tête de la suppression des contrats aidés pour les associations

Philippe Lègue, président de la compagnie Zoukouyanayan
© Guyane 1ère | Philippe Lègue, président de la compagnie Zoukouyanayan

L’inquiétude règne chez de nombreuses associations en Guyane. La réduction annoncée des contrats aidés remet en cause des programmes d’action sur le terrain. C’est le cas de la compagnie «Zoukouyanyan ", des conteurs qui luttent contre l’illettrisme depuis des années.

Laurent Marot Publié le , mis à jour le

Conter des histoires aux enfants, et écrire avec eux des livres dans les maisons de quartiers et les écoles, la compagnie Zoukouyanyan promeut la lecture et lutte contre l'illettrisme. Un programme remis en cause par la réduction annoncée des contrats aidés. L’association fonctionne avec six contrats de ce type, quatre sont menacés ces prochains mois.


Inquiétude des employés

En contrat CUI-CAE depuis janvier, Priscilia devait être embauchée en CDI par la compagnie. Une embauche reportée car la crise des contrats aidés met en péril les finances de l’association.
Incertitude aussi pour Romana. Après un service civique au sein de la compagnie, son BTS de communication en poche, cette conteuse Saint Laurentaise devait signer un contrat d’avenir. Là aussi, c’est gelé. Pour ces conteurs et animateurs, l’inquiétude monte.

Voyez ce reportage


Une crise prévisible

De nombreuses associations guyanaises sont dans l’attente. il n'y a pas de communication des services de l’Etat pour le moment, le temps de recouper toutes les données auprès des collectivités. La crise était pourtant prévisible. La réduction drastique des contrats aidés était DEJA actée dans le dernier budget voté sous la présidence de François Hollande