INtérieur TOur : la saga de la famille Ringuet

Image INtérieur TOur
© Frédéric Larzabal

La chronique internet INtérieur TOur va raconter l'histoire des porteurs de maillots de ce tour de Guyane 2015. Chaque jour, Frédéric Larzabal nous fera découvrir les cyclistes en bleu, rouge, orange, blanc, rose ou vert . La série démarre avec une famille en jaune : la famille Ringuet.

Catherine Lama
Publié le , mis à jour le

Dans la famille Ringuet, le vélo occupe une grande place. Cela est même une passion dévorante. Sylvère, Jean et Patrice  Ringuet ont remporté 4 tours de Guyane. Un palmarès impressionnant qui font d'eux une famille en or.


Sylvère Ringuet, le héros des années 80

Sylvère Ringuet commence cette saga en 1980 en remportant le Tour du Littoral. Une véritable épopée à une époque où les vélos pesaient encore près de 15kg. Coureur affûté, compétiteur hors pair, il a fait les beaux jours du cyclisme des années 80 au sein des clubs de l'Union Cycliste Guyanais et de la Croix du Sud. Sa passion, il l'a transmise à ses fils : Patrice et Teddy. 
Syvère Ringuet et ses fils Patrice et Teddy
© Frédéric Larzabal

Jean Ringuet, le kouroucien

En 1993, Jean Ringuet, fougueux cycliste gagne le Tour Intercommunal. Il a tout juste 21 ans et court sous les couleurs du club La Croix du Sud. Il récidive, 8 ans après, en 2001 alors qu'il est au Vélo Club de Kourou, et remporte à 29 ans le Tour de Guyane. Jean Ringuet devient alors le plus capé des cyclistes guyanais. Il a dépassé son cousin Sylvère Ringuet.


Patrice Ringuet, le fils de Sylvère

A l'image de son père Syvère, Patrice est un talentueux cycliste. Coureur complet, il peut rouler, grimper, sprinter. Toutes ses qualités, il les a mises à profit en 2014 pour remporter son premier Tour de Guyane. On pourrait penser que la boucle est bouclée. Pourtant, Patrice rêve d'une seconde victoire sur la grande boucle guyanaise. Un rêve que partage son petit frère Teddy qui a terminé second en 2009 et qui compte bien, un jour porter ce fameux maillot jaune.

Le reportage de Frédéric Larzabal