Le Fromager de Saül sera-t-il désigné arbre de l’année ?

Le Fromager de Saül
© Henri Griffit | De ses 50 mètres de haut, plusieurs dizaines d'années vous contemplent.

En septembre 2015, un jury national désignera l'arbre qui aura séduit la France entière. Contre toute attente, le fromager de Saül est en tête des votes des internautes avec 5303 voix, suivi de la Réunion (4776 votes) et la Corse (3165 votes) [ à l’heure ou l’on écrit cet article.]

Hervé Delannon
Publié le , mis à jour le

Votez et faites voter pour le fromager de Saül ! C’est le mot d’ordre qui circule en ce moment sur les réseaux sociaux. Et pourquoi pas nous ? Histoire ...
 

L’arbre aux esprits

Dans le prolongement de l’unique route qui mène au village de Saül, trône un majestueux fromager ( ceiba pentadra ) de plus de 50 mètres de haut.

La commune de Saül est entourée de plusieurs fromagers, et les habitants de la commune y sont particulièrement attachés. Dernièrement, la Mairie a organisé un pique-nique au gros arbre, et les enfants de la commune ont pu batifoler gaiement, sous la bienveillante protection du généreux géant. L’année dernière, un témoin nous raconte que, c’est difficilement que les agents municipaux ont dû abattre un fromager qui menaçait de s’effondrer sur l’unique boulangerie du village. Les habitants ne le souhaitent pas ...

Pour la doyenne du saüliens, et comme pour un grand nombre de créoles, le fromager est l’arbre aux esprits, sous lequel on se rend pour faire des sortilèges, des  « tchimbois ». De sinistre mémoire, on y pendait les esclaves récalcitrants. Pour les indiens Wayapi, le fromager est l’échelle qui permet à l’apprenti chamane d’accéder au monde des esprits qu’il veut domestiquer.

La position particulière du fromager de Saül, dominant l’hôtel de ville se veut tout un symbole, et prête donc à toutes les interprétations : représente-t-il la supériorité du symbolique sur le matériel ?
 
Le Fromager de Saül - handicapés
© Guillaume Feuillet | Des visiteurs de Saül en ronde, profitent des bienfaits du généreux géant


L’arbre qui recevra le plus de votes sera désigné « arbre de l’année, prix du public. »

Créé en 2011 à l’initiative de l’ONF et du magazine Terre Sauvage, le concours du plus bel arbre de l’année vise à promouvoir et « valoriser les arbres remarquables du patrimoine français en proposant à tout individu ou groupe [...] de porter la candidature d'un arbre pour qu'il devienne "l'Arbre de l'année". En plus de ses caractéristiques naturalistes et esthétiques, le jury prendra en compte l'histoire même de l'arbre avec les hommes. »
En 2013, c’est le chêne bonsaï de Saint-Civran qui a gagné le prix du public ; en 2014, c’est l’Yeuse de François 1er qui était désigné.

Arbre de l'année 2014
© DR | L'Yeuse - chêne de François 1er

 

Le bonsaï de Saint Civran

 

L'actu en vidéo

La filière avicole, ne veut pas se faire plumer

Interviews : 1. Pascal Fricker, directeur de la coopérative avicole et cunicole de Guyane 2. Ernest Prévot, président des MPI de Guyane