Reprise normale du trafic à Air Guyane

Reprise des vols à Air Guyane
© Franck Leconte

C'est le retour à la normale pour les avions d’Air Guyane. Après une dizaine de jours de grève des pilotes perturbant le trafic aérien intérieur, le travail a repris ce matin.

Franck Leconte Publié le , mis à jour le

Une journée normale, c’est ainsi que répondent, hors micro, les membres de la direction rencontrés aujourd’hui. La reprise s’est faite en douceur pour Air Guyane, et  les vols, jusqu’à maintenant, se sont déroulés dans le calme.
Il y a une raison à cela, c’est la reprise progressive du trafic la semaine dernière. Certains grévistes ont commencé à retravailler avant la fin du préavis de grève. Cela a permis à la compagnie d’effectuer un nombre suffisant de rotations dès la fin de la semaine dernière. En conséquence, il n’y a pas eu besoin d’ajouter des rotations pour acheminer les passagers. L’avion supplémentaire venu des Antilles a même pu retrouver son aéroport d’attache ce matin.
Aujourd’hui, trois équipages effectuent les rotations. Le dernier vol est parti à 11h30 de Felix-Eboué, il venait de Maripasoula et Gran Santi. Le prochain arrivera à 14h15 en provenance de Saint-Laurent et Maripasoula. Il redécollera à 15 heures, direction Saül.

Le fret a bien été livré

Il n'y a plus rien dans les magasins d’Air Guyane. Tout a été traité. Là aussi, le retour d’anciens grévistes a été bénéfique pour la compagnie qui tirait la sonnette d’alarme la semaine dernière. Inquiétude vite levée puisque les 12 tonnes de fret en attente ont été livrées vendredi, samedi et dimanche avec les seuls appareils de la compagnie. Priorité a été donnée à Maripasoula mais finalement, tout le monde a été servi. L’opération a été tellement efficace qu’un vol de fret ce matin a été annulé, faute de remplir l’appareil.

Mais pas d'accord entre la direction et les salariés

Le préavis de grève s’achevait la nuit dernière à minuit mais aucun accord n’a été trouvé entre les parties. Les pilotes dénoncent le non respect d’un accord signé en janvier 2014, le manque d’évolution des carrières et des mauvaises conditions de travail. Des revendications qui ne concernent pas immédiatement la Guyane selon la direction.
Une réunion est programmée demain en Guadeloupe, à la demande du personnel, en présence, notamment des actionnaires du groupe. La direction s’exprimera après cette réunion.