Les armes de chasse en vente libre, une exception guyanaise à revoir

Armes de chasse
© Guyane 1ère

Les armes à feu font souvent la une des faits divers dramatiques en Guyane. En particulier les armes de chasse qui ne sont soumises à aucune autorisation à la vente. Faut il remettre en cause au moins partiellement cette exception guyanaise ?

Guyane 1ère Publié le , mis à jour le

L’absence de permis de chasse est une exception guyanaise que l’on justifie par des pratiques coutumières ou de subsistance mais volées ou achetées au marché noir ces armes transformées servent souvent à perpétrer des braquages et autres violences. Sur les 359 vols avec arme relevés l’année dernière 80 % ont été commis avec des fusils de chasse à canon scié. Fin 2014 la Préfecture a enregistré 13 671 armes dont 10 412 armes de chasse
Mais impossible de chiffrer leur nombre total en circulation, les fusils de chasse à deux canons n’ont été soumis à enregistrement qu’après décembre 2011.
Le sujet est qualifié de « sensible », mais la préfecture a tout de même lancé une réflexion sur le sujet,  enjeu : assurer la sécurité des habitants face à la prolifération des armes à feu .

Le reportage d'Alexandre Rozga, Flore Vigneron et Alfonso Martinez