Haïti : Fin de partie pour Laurent Lamothe

Ministres haïtiens
© NP

La Commission Consultative créée par un arrêté Présidentiel le 28 Novembre dernier par  le chef de l’État haïtien Michel Martelly a rendu public le rapport de la commission au palais national ce mardi 9 décembre. Parmi les recommandations : le départ du Premier Ministre et de son Gouvernement.

Nicolas Piétrus Publié le , mis à jour le

Ce moment était très attendu en Haïti.  Le Président Michel Martelly a convoqué l’ensemble de la presse pour rendre public les recommandations de la commission consultative, chargée de donner un avis pour sortir le pays du « le blocage politique » dont il fait l’objet depuis de nombreux mois.  Sur Guyane première la Radio, l’ambassadeur d’Espagne avait même publiquement réclamé « un cessez-le feu » entre majorité et opposition.
Mardi au Palais National en présence de différentes personnalités haïtiennes et de plusieurs ambassadeurs  - Pamela White (USA) –  Patrick Nicoloso (Ambassadeur de France à Port-au-Prince depuis le 23 juin 2013) -  Manuel Ruigomez (Ambassadeur d’Espagne) et de l'Ambassadrice du Canada, Paula Caldwell.
Parmi les Ministres figuraient au premier rang ;  le Ministre de la justice Jean Rennel Sanon et le Ministre des affaires Etrangères,  Dily Brutus.

Huit recommandations

Les recommandations sont au nombre de huit. La première est claire : La démission du Premier Ministre Laurent Salvador Lamothe et de son Gouvernement.
Ensuite, la commission réclame la libération immédiate des prisonniers politiques qui n'ont pas été déférés devant la justice. La troisième préconise la démission du Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ).  Quatrième préconisation, la démission cette fois, des membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP).
La commission veut également une rencontre entre le Président de la République et les Présidents des deux chambres.
Sixième point : la nomination d'un premier Ministre et la formation d'un Gouvernement de consensus issues de négociations entre le Président de la République et les composantes politiques (notamment celles de l'opposition).
Le point sept : La convocation de la Chambre des Députes en session extraordinaire portant sur agenda précis, comprenant entre autres priorités, le vote des amendements a la loi électorale de 2013 et de la déclaration de politique générale du nouveau gouvernement.
Enfin, la commission dans son point huit souhaite un accord politique pour mettre en place des élections dans les meilleures conditions. La date du 25 octobre 2015 ayant été arrêtée pour organiser la prochaine élection présidentielle

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête