Le karaté guyanais se porte bien !

L'équipe de Guyane de Karaté
© Philippe CHANTILLY, Directeur Technique Ligue GUYANE Karaté

Samedi dernier sept karatékas guyanais ont participé à une compétition organisée en partenariat avec l'état de l'Amapa. Trois d'entre eux ont été médaillés : deux obtenant l'or et un le bronze. De bon augure avant le championnat de France, le capitaine Franck Louisan répond à nos questions.

Thomas Gouin
Publié le , mis à jour le

A partir du 9 mars prochain les meilleurs karatékas de France seront réunis pour participer au championnat national. Une délégation guyanaise sera de la partie et tentera de ramener quelques médailles. Pour mieux se préparer, sept sportifs de la région ont participé à une compétition au Brésil, dans l'état voisin de l'Amapa. Trois médailles ont été ramenées dans le département, Mahalia Zamor et Franck Louisan ayant remporté l'or et Flavio Ansaldi le bronze. De bon augure pour le mois prochain. 

Amapa VS Guyane Karaté



Le capitaine d'équipe, Franck Louisan, nous fait part de sa passion et de ses objectifs futurs.

Parlez-nous de votre sport, quand avez-vous commencé ? 

Oulà, il y a bien longtemps déjà ! C'était à l'âge de 9, 10 ans. A cette époque j'adorais les films de combat, et j'ai voulu faire pareil. Puis la passion est très vite venue : le karaté est un sport complet caractérisé par des valeurs physiques et morales. Il permet le dépassement de soit, développe la rigueur et la concentration tout en mettant l'accent sur le respect d'autrui. 

Vous venez de remporter une médaille d'or lors d'un tournoi organisé avec le Brésil, vous vous y attendiez ? 

J'étais plutôt confiant oui, je connaissais mon potentiel et nous avions travaillé durement pour cette échéance qui était un réel objectif personnel. Mais rien n'est jamais gagné d'avance. Surtout en Kumité (combat), tout peut basculer très vite. 

C'était la première édition de cette rencontre Guyano-Brésillienne, y en aura t'il d'autres ? 

Oui bien sûr ! Mais la prochaine fois ce seront les Brésilliens qui viendront en Guyane, et nous espérons que les médias locaux seront là d'ailleurs (rires). Ce type de partenariat est très important pour nous car, si le niveau technique est bien développé dans le département, nous manquons de compétitions. Et c'est un réel frein dans notre préparation pour les confrontations nationale. 

Nous allons y venir vous sentez-vous prêt pour l'échéance du mois de mars 

Oui, nous travaillons pour en tout cas. Mon objectif personnel, pour ma troisième participation aux championnats de France, est de faire un podium en individuel et par équipe. Nous avons 4 entraînements par semaine qui varient d'1h30 à 2h et nous avons cette compétition dans les jambes qui servira de référence.

Pensez-vous continuer le karaté encore longtemps ? 

Oui, j'ai vraiment trouvé mon sport, et j'aurai toujours des objectifs à relever. Après tout, si ça se passe bien pour moi en mars, pourquoi ne pas voir plus haut ? Et un autre challenge m'attend prochainement : je vais tenter d'obtenir ma 3e dan (NDLR : troisième grade après la ceinture noire). 

Le rendez-vous est donc pris, nous attendons le 9 mars prochain pour suivre les résultats de nos karatékas guyanais, sans oublier Leila Heurtault, récente championne du monde et d'Europe junior.