Université : protocole de fin de conflit proposé par le gouvernement

Préfecture de la Guyane
© CL | Préfecture de la Guyane

Ce samedi une réunion s'est tenue à la préfecture entre les grévistes du PUG et les autorités. En présence de Christiane Taubira, garde des Sceaux et ministre de la justice, un protocole de fin de conflit a été proposé. L'intersyndicale a désiré consulter sa base avant de le signer.

Thomas Gouin
Publié le , mis à jour le

Ils étaient nombreux à la table des négociations ce matin à la préfecture. Le préfet Eric Spitz, le recteur Denis Rolland, le sénateur Jean-Etienne Antoinette, le président du conseil général Alain Tien-Liong,  la 2e vice-présidente du conseil régional Helène Sirder et Anne Corval, administratrice provisoire du PUG étaient présents.
Lors de cette réunion et en présence de Christiane Taubira un protocole de fin de conflit a été proposé mais n’a pas été validé par les grévistes.

Une université de plein exercice pour la rentrée 2015. 

L’article 1er crée une université de plein exercice par décret à partir de la rentrée 2015 ou au plus tard 2016.

Une gouvernance autonome et des moyens renforcés. 

L'article 2 confirme Anne Corval dans son poste d'administrateur. Elle devient également vice présidente du pôle universitaire de Guyane et directeur de l'Institut des Etudes Supérieures de Guyane. Elle est directement missionnée par la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso et ne doit rendre des comptes qu'à elle seule.
Le protocole annonce aussi que l'Etat s'engage à pourvoir le pôle de Guyane de 20 à 30 emplois d'enseignants chercheurs sur une période de trois ans. 

Des améliorations sur la Vie étudiante. 

Le protocole apporte également des éléments de réponse aux  autres revendications des grévistes.
En ce qui concerne les transports, la CACL prévoit d'ajouter un départ de bus à 21h ce qui correspond aux horaires de fin des cours du soir. Une réflexion sera aussi menée sur l'ouverture prochaine de lignes supplémentaires entre le campus de Troubiran, Rémire-Montjoly et Matoury. 
Pour la restauration des étudiants un carbet sera ouvert et servira des repas chauds en attendant l'ouverture de la cafétéria prévue mi-décembre. 
En matière de sécurité, le protocole indique que la police sera présente sur les sites de Saint Denis et Troubiran et que les éclairages des bâtiments seront réparés. 
Enfin les étudiants pourront s'adonner aux activités sportives et également bénéficier de nouvelles salles de travaux pratiques. 

L'intersyndicale attend pour signer le protocole. 

Suite à cette réunion l'intersyndicale a souhaité consulter sa base avant de signer le protocole et a également indiqué vouloir signer avec le ministre elle-même et non pas le préfet.