Au quatrième jour du procès de la CCOG à Fort de France

Le palais de justice de Fort de France
© Laurent Marot | Le palais de justice de Fort de France

Les juges ont interrogé hier cinq des neufs prévenus de l'affaire des marchés présumés illégaux de la CCOG, de la SENOG et de la mairie de St Laurent" de 2003 à 2009. Parmi eux les deux cousins : Léon Bertrand, maire de St Laurent et Richard Cheung a Long, son ancien directeur de cabinet.

Laurent Marot Publié le , mis à jour le

Léon Bertrand, le maire de Saint Laurent et ancien ministre, et Richard Cheung a Long, son ancien directeur de cabinet. On pourrait les appeler les cousins désunis : non pas qu'ils soient fâchés, mais plutôt séparés par la justice, qui leur interdit de se rencontrer. Mais leurs destins sont étroitement liés.


Léon et Richard sur le même bateau

Richard a fait carrière dans le sillage de Léon. Attaché parlementaire, directeur de cabinet à la mairie de St Laurent, chef de cabinet du ministre du tourisme, retour à la mairie puis chômeur depuis les ennuis judiciaires. Le jeune cousin est aussi soupçonné d'être l'un des collecteurs de fonds occultes pour les campagnes électorales de son aîné, qu'il a suivi en détention provisoire, il y a trois ans. Selon la présidente du tribunal, Richard est plutôt "fourmi", il économise sur son salaire, 7000 euros par mois au ministère du tourisme, 5300 à la mairie. Il emprunte pour acheter des logements, un pour lui, quatre pour louer, il est co-actionnaire de l'agence Ouest Voyages, qui lui rapporte 30 000 euros de dividendes les bonnes années. Léon, lui, serait plutôt "cigale". Après avoir vendu ses trois porsches, il achète une jaguar alors qu'il est en plein redressement fiscal. Du coup, Richard lui a prêté un temps de quoi boucler ses fins de mois, des mois à 13 000euros quand Léon était ministre. Séparés par la justice, les cousins se rejoignent pour nier la corruption et le favoritisme.


Les autres prévenus entendus ce mardi

L'architecte Jean-Pierre Lasalarié et l'assistant à la maîtrise d'ouvrage Jean Pradié ont eux aussi été interrogé hier par les juges. S'ils ont admis quelques anomalies dans les procédures de marchés, ils ont nié tout délit de leur côté.
 Le tribunal va interroger ce mardi Guy Le Navennec, l'ancien directeur de la SENOG, soupçonné lui aussi d'être l'un des collecteurs de fonds occultes pour Léon Bertrand. Les juges vont aussi questionner les chefs d'entreprises Abongo ADAM, François Combelles et Chunny Katidjo, mis en examen pour recel de favoritisme et corruption active.

L'actu en vidéo

Cérémonie de naturalisation 46 personnes obtiennent la nationalité française

Cérémonie de naturalisation 46 personnes obtiennent la nationalité française