Les suites de l’affaire des garimpeiros malades

Vue aérienne d'une mine d'or
© Franck Leconte | Vue aérienne d'une mine d'or

Une mission de reconnaissance a été menée hier sur le site clandestin d’Eau Claire d’où viennent les dix malades hospitalisés à Cayenne. Selon les premiers constats, l'hypothèse d’une épidémie s’éloigne, il pourrait s’agir d’une intoxication de type alimentaire.

Laurent Marot Publié le , mis à jour le

Deux hélicoptères ont déposé hier matin à Eau Claire sept militaires dont deux médecins et sept gendarmes. Selon la préfecture, ils n’ont trouvé sur ce grand site clandestin que quelques rares cas, peut-être quatre ou cinq, présentant des symptômes semblables à ceux dont souffrent les dix personnes hospitalisées à Cayenne, difficultés respiratoires et signes grippaux notamment. Ces quelques personnes pourraient être évacuées par les garimpeiros vers le centre de santé de Maripasoula. Pas de morts signalés hier sur place pour le moment, on compte donc un seul garimpeiro décédé dans cette affaire. C’était en début de semaine dernière, lors de son transport en pirogue sur l’Inini vers Maripasoula. Des prélèvements ont été réalisés dans des points d’eau sur le site hier soir, les autorités privilégiaient la thèse de l’intoxication par ingestion d’un produit indésirable, plutôt que celle d’une épidémie, même si tout cela reste à confirmer par des analyses. 
“Le scénario d’une épidémie est relativement peu probable”, a précisé hier soir le directeur de cabinet du préfet Xavier Lucquet suite à la mission de reconnaissance.


Plus de six cent garimpeiros sur le site d'Eau Claire

Six garimpeiros étaient hier en observation au centre de santé de Maripasoula dans le cadre de cette affaire. L’un d’entre eux devait être transporté dans l’après-midi vers Cayenne, pour rejoindre les dix autres déjà hospitalisés,dans une unité isolée.
Selon nos informations, il y a six à neuf cents garimpeiros sur le site d'Eau Claire à 25 km au sud de Dorlin. Bon nombre d’entre eux se sont repliés vers ce site après la reconquête de Dorlin par les autorités, en juillet.
Et comme à Dorlin, les garimpeiros ont creusé des puits pour extraire l’or des roches. On en compte une soixantaine à Eau Claire, parfois d’une trentaine de mètres de profondeur.

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête