10è Salon du Livre : Orphie une maison d’édition venue d’ailleurs

Catherine David
© CL | Catherine David éditrice et directrice littéraire aux éditions Orphie

Démarrage ce 22 novembre du 10ème Salon du livre international de Guyane. Un salon où seront présents de nombreux éditeurs. Objectif : rencontrer les futurs auteurs, mais aussi lprésenter leur production littéraire au grand public. Gros plan sur les éditions Orphie.

Marie-Claude Thébia Publié le , mis à jour le

Beaucoup d’appelés, peu d’élus


Le rêve de chaque auteur est de publier dans des maisons d’édition prestigieuses telles Gallimard, Hachette ou Calmann-Lévy. Des entreprises qui publient des centaines de milliers d’exemplaires de livres. Cependant la sélection est très rigoureuse. Beaucoup d’appelés, peu d’élus. Un éditeur publie 5%  des manuscrits reçus. En cas de refus,  les  auteurs ultra-marins s’adressent à des maisons d’édition implantées dans leurs régions ou qui rayonnent Outre mer. En Guyane, Ibis Rouge est la plus connue. Mais il existe également les Editions Plume Verte ou encore la toute jeune Rymanay. Depuis 1994, les éditions Orphie basées à la Réunion accueillent  les écrivains  ultra-marins. Depuis quatre ans Catherine David en est la directrice littéraire pour la Guyane. Catherine David a un CV impressionnant. Elle est aussi Professeur des métiers de l’édition à la Sorbonne depuis 10 ans. Avant d’entrer chez Orphie, elle a travaillé chez Hachette, Belin, Nathan. C’est une professionnelle de l’édition.

 « Cela fait dix ans, que j’enseigne le métier d’éditeur .C’est d’abord avoir le feeling pour les textes, avoir beaucoup lu auparavant et avoir de l’intuition. On va certes retenir des livres "tout public" pour faire vivre la maison d’édition mais aussi chercher la perle rare qui définira la ligne éditoriale du catalogue proposé par l’éditeur. Ce dernier doit être compétent dans bien des domaines. Évidemment celui de l’écriture, mais aussi dans la conduite économique du projet, l’étude de marché, les notions juridiques .Mes élèves arrivent avec un bac+4 et viennent de tous les horizons. Il faut une certaine maturité pour faire des choix littéraires .Il ne faut surtout pas se laisser séduire par l’apparence d’un ouvrage, il faut aller chercher au-delà des mots»


En quête du Graal de la littérature


Le regard rieur, intelligent, un visage avenant, Catherine David attire par un charisme indéniable. Très vite, elle  vous met  à l’aise. Elle s’exprime posément. Mais en elle,  se devine  une passion profonde pour l’écriture et la lecture, pour la littérature. Des auteurs, elle en a croisés, en a beaucoup lus, édités et d’emblée vous explique que chaque éditeur est à la recherche du Manuscrit. Le Manuscrit avec un grand M , qui  fera voyager l’imaginaire à chaque mot et à chaque page. Un métier difficile, car le choix d’un ouvrage est forcément subjectif. Ce n’est pas la première fois qu’elle vient présenter la production littéraire des Editions Orphie. Elle connaît bien la Guyane, a écrit deux guides touristiques sur le pays Guyane.


 « Cela fait la dixième fois au moins que je viens en Guyane. J’ai écrit deux guides touristiques concernant cette région. L’histoire de la Guyane est atypique, singulière, extraordinaire. C’est un pays qui a été administrativement colonisé et très mal d’ailleurs. Il n’a pas été entièrement conquis. Cela a été un ratage complet en terme de peuplement. L’histoire notamment de l‘expédition de Kourou est édifiante. Il faut que la jeunesse guyanaise connaisse son histoire »


Editer à tout prix


Il est impératif de faire la différence, entre une maison d’édition qui une fois un auteur choisi, s’occupe de toute la chaîne de diffusion et de la valorisation de l'ouvrage : de la réécriture, en passant par la publication, le marketing et la promotion. L’auteur n’a plus qu’à se glisser dans la campagne de communication mise en place. Et puis, il y a les autres maisons qui ne choisissent pas leurs écrivains et demandent une participation financière. Pas du genre de Catherine David. Elle est exigeante  du début, jusqu’à la fin. Il faut attendre de 6 mois à un an, pour avoir une réponse.

« Il ya les maisons d’édition classiques et les maisons d’édition prestataires de service. On ne fait pas souvent la distinction et cela nuit à la reconnaissance des auteurs. Cela ne permet pas aux véritables écrivains d’émerger. Parfois de l’ombre est faite par des livres de moindre qualité qui s’auto proclament d'excellents livres. Je voudrais faire comprendre que lorsque Orphie choisit un auteur ce  n’est pas une boîte aux lettres. Nous essayons  de faire sortir de l’auteur  la phrase cachée qu’il n’a pas su exprimer … »


Parmi les auteurs guyanais qui ont été retenus par les Editions Orphie on retrouve : Françoise Loe Mie, Pierre Stéphenson, Catherine Lama, Joël Roy, Audrey Virassamy, François Xavier Gérard ou encore Auxence Contout. Orphie publie également des guides touristiques, des livres de cuisine, des ouvrages d’art etc...

L’ensemble des éditeurs présents au 10 ème Salon du Livre international de la Guyane, tiendront des stands au Zéphyr. Une journée professionnelle leur est dédiée, le jeudi 23 Novembre.

 

L'actu en vidéo

KAZMAG "Apagui, l'enseignement de l'extrème"

Découvrez les conditions de vies particulièrement difficiles des enseignants qui exercent sur les rives du fleuve Maroni en Guyane. Un magazine de la rédaction radio de Guyane 1ère diffusé exclusivement sur Internet