Trinidad & Tobago : Choc et émotion après la mort d'un bébé de 15 mois

Main bébé

Le pays est secoué après le décès d'un bébé d'un an, il y a quelques jours. La fillette laissée sous la garde d'un membre de la famille, âgé de 17 ans a été retrouvée morte au domicile familial. L'enfant aurait également été agressée sexuellement. 

Guadeloupe La 1ère Publié le , mis à jour le

Une petite fille d'un an a été retrouvée morte, au domicile familial de Palo Seco, au sud de Trinidad, le 11 avril dernier. 

Confiée à un membre de la famille

La petite Racquel George avait été confiée à la garde d'un membre de la famille, un jeune homme âgé de 17 ans, ce soir là, car sa mère devait se rendre au travail. Elle est officier de police. Selon le quotidien trinidadien Newsday, l'adolescent vivait également au domicile. 
La jeune maman, Charlene George, 44 ans, de retour à son domicile vers 20h30, trouve le bébé ensanglanté, inconscient, sans aucune surveillance. Son gardien d'une nuit s'étant volatilisé. L'enfant, conduite, à l'hôpital Siparia est déclarée officiellement morte près de trois heures plus tard.
Un premier examen médical révélait alors que l'hymen de la petite fille était déchiré. 

Jugé au mois de mai pour meurtre

Immédiatement recherché le suspect, le proche de 17 ans était arrêté à quelques kilomètres de là, dès le lendemain. 
Selon l'autopsie, la fillette de 15 mois serait décédée de blessures à la tête. Elle présentait également des hématomes sur le dos, ainsi que des bleus sur les cuisses. Le quotidien Newsday indique également que l'enfant aurait été battue à mort. 
Des voisins ont affirmé avoir entendu l'enfant pleurer, dans la soirée. Ils n'y avaient pas prêté attention. Ce n'est qu'au retour de Charlene George, la mère, à son domicile, qu'ils avaient compris la gravité de la situation. 
Le suspect de 17 ans, interrogé par la police a été mis en examen pour meurtre. Mais également pour agression. Il aurait tenté de s'en prendre à un autre habitant de la résidence, récemment. 
Selon les éléments révélés lors de sa première comparution devant le tribunal, le jeune homme aurait agressé sexuellement l'enfant de 15 mois, avant de lui asséner plusieurs coups. Une affirmation que réfute l'avocate du jeune accusé.

Le juge en charge de l'affaire a ordonné que l'adolescent soit soumis à une évaluation psychiatrique. 
L'affaire devrait être présentée devant un tribunal le 22 mai prochain. Le meurtrier présumé de la petite Racquel est incarcéré dans un centre de détention pour mineurs. Il aura 18 ans en août prochain. 

Un père crie sa douleur

Aujourd'hui, le père du bébé demande justice. Sherwin John ne vivait pas sous le même toit que la mère de l'enfant. Dans une interview accordée au Daily Express, il exprime sa douleur et sa colère. Interrogé par Rhondall Feeles, président de l'association des pères célibataires de Trinidad et Tobago, il s'est dit effondré. Il aurait, selon ses déclarations, mis la mère de Racquel en garde, contre l'adolescent. Il se souvient avoir réprimandé plusieurs fois le jeune homme très indiscipliné, qui aurait pris part à des activités illégales, selon Sherwin John.