Les "rimèd razié" de la rentrée

feuiilages pour tisane
© N. Peter

A l’approche de la rentrée, les anciens avaient coutume de préparer thés et bains à base de plantes et feuillages de leur jardin créole, dans le but de nettoyer l’organisme de leurs enfants

N. Peter (Stagiaire) avec J-M. Mavounzy Publié le , mis à jour le

En se promenant dans son jardin créole, Luce se rappelle des tisanes et des purges que lui préparaient ses parents, une à deux semaines avant la rentrée des classes.

On nous donnait une purge avec de l’huile de « semaine contrat » à prendre le soir et le lendemain matin on devait boire de l’huile de ricin à jeun. On buvait une tisane à base chiendent, de pourpier, semaine contrat et de thé pays que l’on prenait pendant trois ou quatre jours. Dans la matinée, il fallait boire de l’eau de riz.

LUCE

A l’époque déjà, ce traitement purgatif était associé à des médicaments tels que la Quintonine et le Marinol, pour donner de l’énergie aux enfants.

Pour boire l’huile de ricin, mon papa prenait la ceinture parce que c’était mauvais, ça n’avait pas bon goût ! 


Luce n’est pas la seule à avoir subi ce "nettoyage de rentrée", Béatrice aussi nous raconte comment sa mère Marthe leur donnait des rafraîchissements à base de plantes et des purges à base "d'hémoglobine Deschiens".
MARTHE
© N. Peter
Ces trois jours de tisanes, Béatrice ne les a pas oubliés; sa mère Marthe les lui imposait avant la rentrée des classes.

Béatrice

Aujourd’hui, cette tradition subsiste dans certaines familles. En effet, les jeunes générations ne la rejettent pas mais ne connaissent pas les herbes et feuillages traditionnels et leurs applications.   
Les bienfaits de ces purges sont reconnus par les médecins, qui recommandent néanmoins de faire attention au surdosage, même si la méthode est naturelle. Le Noni, par exemple, a déjà provoqué des hépatites chez certaines personnes.
La transmission de ces connaissances est donc primordiale, pour que les « rimèd razié » continuent de faire partie de la culture guadeloupéenne.