Première journée difficile pour Louis Molinié au tribunal correctionnel de Basse-Terre

Louis Molinié au tribunal
© Thierry Philippe

Le maire de Terre-de-Haut doit répondre de faits de détournement de fonds publics, favoritisme, blanchiment et recel de ces infractions. Hier, la journée a été plutôt difficile. Il a dû répondre de ses liens avec le club de football de l’AJSS.

Eric Stimpfling Publié le

Le tribunal correctionnel de Basse Terre se penche depuis ce jeudi sur l'affaire dite Molinié, du nom du maire de Terre-de-Haut... Lui et 6 autres prévenus comparaissent pour répondre de fait de détournement de fond public, favoritisme, blanchiment et recel de ces infractions....
La cour, après avoir répondu a des questions de constitutionnalité et de nullité, s’est ensuite penchée dans l'après-midi sur le fond de l’affaire. Notamment sur le système mis en place autour du club de Football de la commune, l’AJSS, et sur les opérations de la communicante de la ville, passées dans l’illégalité.

Une passion dévorante

Pour assouvir sa passion du football et permettre à son club de remporter le titre, Louis Molinié s'est montré très généreux, avec l'argent de ses administrés. Selon les autres prévenus, présents à l'audience, le maire de Terre-de-Haut était considéré comme le président de fait, du club de l'AJSS, voire même, comme son directeur technique. Pour rappel, dans cet aspect du dossier, le tribunal a examiné la question des deux emplois fictifs et 116 000 euros de factures diverses. 

Manigances et emplois fictifs

Entre 2008 et 2013, il a recruté Marc Arbaud au sein du personnel communal. Le joueur de l'AJSS était censé porter du courrier entre Terre-de-Haut et la Guadeloupe. Un emploi fictif en réalité. Au tribunal, le joueur a affirmé avoir signé au club, "en échange d'un travail à la commune, après avoir rencontré Louis Molinié". Ce dernier, a lui déclaré que "Marc Arbaud avait été mis à la disposition du club pour s'occuper des jeunes". Mais l'absence de convention entre le club et la municipalité a été soulevé, entraînant une mise au point de la présidente du tribunal : "Il s'agit d'un emploi ficitif... Vos motivations, monsieur Molinié, étaient peut-être louables, mais elles ne respectaient pas la loi." lui a t-elle rappelé. 
D'autant plus, que le joueur de l'AJSS avait recruté comme "adjoint technique" comme coursier, alors qu'il y avait déjà un fonctionnaire titulaire sur ce poste, a révélé le comptable de la mairie. Qui a également ajouté que le contrat de Marc Arbaud était de trois mois, renouvelable une fois. Il a finalement été embauché de 2009 à 2013. 

Emploi fictif également, la mise à disposition partielle du comptable de la commune. La municipalité versait 23 000 euros de subventions à l'AJSS. Une somme insuffisante pour assurer le train de vie du club. Il a donc fallu inventer...
A la demande du maire, le comptable a donc créé un emploi fictif, du nom d'un ancien agent communal, choisi au hasard. Son salaire, soit 1 000 euros, était versé chaque mois sur le compte de l'AJJS. Tout allait bien, jusqu'au jour où cet ancien agent communal a reçu sa fiche d'imposition pré-remplie, sur laquelle figuraient des montants qu'il n'avait jamais perçus. "Ridicule", a répondu Louis Molinié. "Je n'ai jamais demandé cela". Visiblement mal à l'aise, le maire de Terre-de-Haut a tenté à plusieurs reprises de minimiser son rôle. Un rôle central, mais qui, au final, n'aura pas servi à grand chose, puisque l'AJSS, son club de football a été dissout en novembre dernier.