Les raisons du blocage du pont de la Boucan

Blocage Boucan
© Emmanuel Gire

Ce lundi 24 juillet 2017, le pont de la boucan à Sainte-Rose a été bloqué plusieurs heures par les membres d'un collectif de planteurs de canne. Ils s'élèvent contre la décision de l'usine de Gardel de ne pas leur payer des cannes jugées "ni saines, ni loyales, ni marchandes".

Josiane Champion Publié le , mis à jour le

Ce lundi 24 juillet, le pont de la Boucan a été bloqué dès 5h !

Il s’agissait d’une action menée par des producteurs de canne, qui se sont regroupés en Comité de défense des intérêts des planteurs du nord Basse-Terre. Ils protestaient contre la décision de Gardel de ne pas payer une partie des cannes qu’ils ont livrées, au motif qu’elles n’étaient « ni saines, ni loyales, ni marchandes ». Ces cannes ont pourtant été broyées par la sucrerie.
Sans recettes, ces planteurs se retrouvent dans l’incapacité de couvrir le coût de leur production, à savoir la récolte, le transport, mais aussi les frais d’entretien de leurs cannes, avancés par leur SICA. 

Les planteurs avertis par Gardel

De son côté, la direction de Gardel affirme avoir avisé les syndicats agricoles, qu’elle appliquerait à partir de cette année le point de l’accord interprofessionnel qui les oblige à livrer des cannes « saines, loyales et marchandes », autrement dit des cannes dont l’indice de pureté ne doit pas être inférieur à 70.

Au-delà de la richesse saccharine, l’indice de pureté témoigne de la qualité de la livraison, liée à la dégradation ou non de la saccharose, c’est-à-dire le sucre cristallisable.

Le barrage a finalement été levé en milieu de matinée, après que le collectif a reçu l'assurance d'être reçu par le Préfet de Région.