Le personnel de la Protection judiciaire de la jeunesse en grève ce mardi

Guadeloupe La 1ère Publié le

Le personnel de la Protection judiciaire de la jeunesse a décidé de cesser le travail aujourd’hui, à l’appel du Syndicat national des personnels de l’éducation et du social, affilié à la FSU, qui constate une dégradation des conditions de travail des agents et de prise en charge des jeunes sous main de justice.
Le syndicat estime que « la politique éducative déployée sur le territoire n’est pas à la hauteur des besoins de cette jeunesse en grande difficulté ». Le personnel dénonce le manque de dialogue social et le « passage en force » imposé selon lui par la direction territoriale de la PJJ. Exemple : pour restructurer le Service éducatif en milieu ouvert et d’insertion.
Depuis le 1er septembre, la permanence au tribunal est assurée par 4 agents, au lieu de 12 auparavant. Ce redécoupage géographique oblige les jeunes et les familles de Sainte-Rose à se déplacer à Basse-Terre, et non plus Pointe-à-Pître, pour leur prise en charge, ce qui induit 4 heures de trajets, avec deux bus, et un coût exorbitant d’environ 35 euros par voyage.

L'actu en vidéo

Les révoltes d'esclaves

La toute première insurrection des esclaves guadeloupéens éclate en 1656