Le mouvement des lycéens prend une tournure insurrectionnelle

Lycéens au Moule
© R. Defrance | Mouvement des lycéens au Moule

La mobilisation des lycéens fait tache d’huile dans les établissements de la Guadeloupe. Des lycéens qui bénéficient du soutien du SNES-FSU
 

Guadeloupe La 1ère Publié le , mis à jour le

Le mouvement lancé lundi par les élèves du lycée Agricole de Convenance, suivi ensuite par ceux du lycée Charles Coeffin de Baie Mahault et hier, par ceux des lycées de Baimbridge, touche depuis ce matin la quasi totalité des lycées de la Guadeloupe. Avec, par endroit, des situations particulièrement violentes nécessitant la présence armée des Forces de l'Ordre. 

 
Mouvement des lycéens à Morne-à-l'Eau
© R. Defrance | Mouvement des lycéens à Morne-à-l'Eau
En mi-journée, la préfecture signalait plusieurs constats :
- Des feux de poubelles au Lamentin où les pompiers ont été caillassés à deux reprises à leur arrivée sur les lieux; la seconde fois, il s'agissait pour eux d'intervenir pour secourir un élève victime d'une crise d'asthme. Deux pelotons de gendarmerie ont été mobilisés pour faire face aux manifestants.
- Au Moule, ce matin plus d'une centaine d'élèves s'étaient donnés rendez-vous devant le lycée pour manifester. A l'arrivée des gendarmes sur place, certains se sont mis à lancés des projectiles sur les véhicules de gendarmerie, nécessitant très vite la présence d'un second peloton de gendarmerie. Trois gendarmes ont été blessés par ces projectiles.
Mouvement des lycéens à Charles Coeffin
© P. Labéca | Mouvement des lycéens à Trioncelle Baie-Mahault
- A Baimbridge aux Abymes et à Trioncelle à Baie-Mahault, plusieurs dizaines d'élèves ont défilé dans les rues autour de leur établissement. Partout les revendications sont toujours les mêmes : la réforme du bac ou encore la plateforme Parcoursup. Avec ici et là des motivations propres à chaque établissement. 

Le mouvement a reçu le soutien du SNES-FSU 
De son côté, le SPEG souhaite privilégier le dialogue :

Le SPEG partage entièrement les craintes des élèves quant à leur avenir et plus largement l’avenir de l’école remis en cause par la réforme des lycées et le système d’orientation PARCOURSUP(...)Le SPEG invite les élèves et étudiants à ne mettre en danger ni eux-mêmes ni la population en commettant des actes inutiles et contreproductifs. Le SPEG demande donc aux plus hautes autorités de privilégier en urgence le dialogue avec les manifestants tout en préservant leur sécurité et leur intégrité afin d’endiguer un enlisement prévisible de la situation.

Enfin, pour sa part, l'UGTG a apporté son soutien aux lycéens "en lutte contre la réforme Blanquier qui remet en cause leur avenir"
Dans un communiqué, la Centrale d'Elie Domota :

Dénonce les provocations perpétrées par les forces de répression et le préfet à l'encontre de la jeunesse Guadeloupéenne. Elle exige l'arrêt des poursuites et des provocations à l'encontre des lycéens qui expriment des justes et légitimes revendications

En mi-journée, la préfecture a fait un bilan sur les conséquences de ce mouvement lycéen. Il fait état de 10 personnes interpellées et 7 placées en garde à vue.
Dans l'après-midi, constatant le retour au calme autour de tous les établissements scolaires concernés par la manifestations, le préfet de Région a réagi dans un communiqué, indiquant qu'

Il demande aux parents de mineurs d’être particulièrement vigilants afin d’éviter à leur(s) enfant(s), qui souhaiteraient rejoindre le mouvement, de se mettre en danger et d’encourir des poursuites pénales.
Il condamne toutes les violences commises durant ces attroupements et les réponses adaptées seront apportées par les forces de l’ordre si nécessaire. Elles seront présentes sur le terrain et mobilisées dans le département afin d’assurer la sécurité de tous les citoyens, réprimer le cas échéant les troubles et infractions graves, et assurer la libre circulation des personnes.

Du côté du rectorat, si l'on demande aux parents de prendre toutes leurs responsabilités dans cette situation, on invite aussi les chefs d'établissement à ouvrir le dialogue avec les lycéens et de mieux expliquer les réformes dénoncées par eux dans les manifestations
Des parents d'élèves qui entendent eux aussi prendre toutes leurs responsabilités dans cette situation
VOIR AUSSI : Le résumé de la situation ce jeudi en Guadeloupe
Mouvement lycéens Moule
© R. Defrance | Mouvement des lycéens au Moule