#La Rétro : L'impitoyable mur de Saint-Claude

Rétro
© PPics

Depuis des décennies, à l’occasion des éditions successives du Tour Cycliste de la Guadeloupe, les coureurs s’affrontent à distance dans la côte très pentue de Saint-Claude, à travers un contre- la- montre individuel.

Ori Menel et Yasmina Yacou Publié le , mis à jour le

Plus qu’une côte un mur terrible mais…franchissable

Le caractère volcanique de la région justifie ce dénivelé très prononcé. Car nous sommes tout simplement au pied de la vieille dame Soufrière. S’attaquer à cette côte à vélo  c’est comme entamer l’escalade d’un mur interminable. D’où la métaphore.
L’organisme est d’autant plus sollicité qu’un premier tronçon couru le matin et dont l’arrivée se juge traditionnellement à Baillif l’a déjà mis à l’épreuve. De quoi corser la difficulté.

Côte et record

Encore aujourd’hui, la côte de Saint-Claude se dresse devant les coureurs engagés sur le Tour mais souvent depuis Basse-Terre au lieu de Baillif, comme à la belle époque. Plus question alors de se référer à un quelconque record. Néanmoins il fut un temps où les sud-américains principalement mais aussi quelques locaux, au nombre desquels Valentin CLAIRE et son neveu Pierre ROSALIEN, effaçaient les records de cette escalade d’année en année. Le français Régis Ovion vainqueur du tour 1970 y avait laissé sa griffe, avant d’aller remporter le tour de l’avenir. Tout comme le Colombien Francisco TRIANA-GARDENAS en 1972. Pour ne citer que ceux-là.
Le record qui tenait dans les 18 minutes n’était jamais battu que de quelques secondes voire quelques centièmes de seconde. Valentin CLAIRE et Pierre ROSALIEN furent les seuls autochtones à détenir ce record, respectivement en 1977 et en 1980. Ce record consacrait en somme leur domination et leur victoire finale sur l’épreuve.

Un duel au sommet... de Saint-Claude

Plus récemment, les Guadeloupéens ont assisté à de beaux duels entre coureurs sur la distance. Comme en 2011... Cette année-là, Boris Carène et le Belge Klaas Sys se livrent une guerre sans merci. Guerre uniquement sur le vélo, parce qu'au fil des étapes, on voit bien que les deux coureurs s'apprécient. 
Ce 13 août 2011, c'est Carène qui prend l'avantage. 
Remerciements à Michèle Philémon, Elodie Rosnel et Christiane Gappa