Justine Bénin interpelle le gouvernement sur les LMR décidées pour les Antilles

Justine Bénin et Stéphane Travert, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation,
La députée s'expliquant ensuite avec le ministre de l'agriculture

Justine Benin, Députée de la 2ème circonscription de la Guadeloupe, a interpellé ce matin le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert sur sur les limites maximales de résidus de chlordécone aux Antilles. Elle s'est dite insatisfaite de la réponse du ministre. 

La 1ère Guadeloupe Publié le , mis à jour le

Il s'agissait avant tout pour la députée de la 2ème circonscription de mettre le gouvernement devant ses responsabilités face à la population des Antilles, déjà largement impactée par le chlordécone. Un argumentaire qu'elle a développé en précisant que :

 alors qu’en vertu de l’article 5 de la Charte de l’Environnement le principe de précaution devrait s’appliquer en Guadeloupe et en Martinique et enjoindre les autorités européennes à réviser les limites maximales de résidus de chlordécone, le Gouvernement, en se reposant sur les dernières conclusions de décembre 2017 de l’ANSES*, semble ne pas prendre la pleine mesure de l’enjeu de santé publique majeur que représente le chlordécone sur nos territoires".



A l’issue de la séance de questions, Justine Benin s’est entretenue avec le Ministre de l’Agriculture et a proposé qu’une réunion de travail soit organisée sur ce sujet, dans les meilleurs délais, avec l’ensemble des Ministères concernés et les Député(e)s de la Guadeloupe et de la Martinique.