José Toribio renvoyé devant les juges

José Toribio
© clp | José Toribio

L'homme politique, ancien maire du Lamentin, est renvoyé au tribunal correctonnel, tout comme un chef d'entreprise, pour l'affaire dite des lampadaires solaires de la commune. L'audience est prévue le 16 février prochain.

O. Lancien et F. Aristide Publié le , mis à jour le

En cette période pré-électorale l’affaire s’ébruite. L’homme politique José Toribio se retrouve dans le box des accusés, tout comme un chef d’entreprise, Jean Cioly. Une affaire politico financière. Elle a beaucoup défrayé la chronique, en 2011. En novembre de cette année là, le maire de l’époque José Toribio et son premier adjoint Marc Tafna se sont retrouvés en garde à vue à la direction de la police judiciaire dans une sombre affaire de lampadaires solaires. 

Deux ans plus tôt, en 2009, alors que la procédure de passation de marché était toujours en cours, le 1er adjoint commande ces 115 mats lumineux à la société Sodis Service, pour la coquette somme de 926 000 euros. Une société unipersonnel sans salariés et avec seulement 8 000 euros de capital social.

Et là les choses se corsent… Sodis Service n’a pas les épaules assez solides. José Toribio rentre en scène. L’édile aurait accepté de payer les échéances d’un leasing contracté par Sodis Service, pour 1,3 million euros. Toutes ces démarches auraient été faites sans que le conseil municipal du Lamentin n’en délibère, préalablement. 

José Toribio, présumé innocent, est poursuivi pour délit de favoritisme, usage de faux et détournement. Jean Cioly, lui aussi présumé innocent, est poursuivi pour usage de faux en écriture publique. Il y aura un grand absent, à l’audience, Marc Tafna décédé depuis.

VOIR :