Justice : Deux jugements rendus dans deux affaires qui avaient marqué la population

Justice
© La 1ère

Le tribunal a rendu sa décision dans l’affaire de l’accident de bus à Pointe noire en aout 2012. Un accident qui avait coûté la vie au chauffeur, et fait 6 blessés. Et dans celle du chauffeur qui avait renversé un gréviste de la CGTG en juillet 2016. 

Franck Aristide Publié le , mis à jour le

On ne joue pas sur la route... C'est le message envoyé par les tribunaux à travers deux jugements, ces derniers jours.  

Le chauffeur avait déjà alerté sa direction 

C’était le 4 août 2012 à Mahault, Pointe-Noire. Un bus se renversait sur la chaussée, non loin du pont de Colas. Un accident qui a coûté la vie au chauffeur du véhicule et fait  6 personnes blessés. C’est un problème de freinage du véhicule qui a été reconnu cause de ce carnage. Le bus, lui, a été jugé vétuste et inadapté au transport des passagers.
Selon Maître Roland Ezelin, avocat de la partie civile, le chauffeur a tout tenté pour sauver les passagers, au prix de sa vie.

Me Roland Ezelin, avocat de la partie civile

Ce dossier a donc été examiné il y a quelques semaines. L’avocat de la famille et de l’UGTG avait mis en avant les manquements de la société de transport opérant en Côte-sous-le-vent en matière de sécurité. Le chauffeur avait lui-même, à plusieurs reprises, alerté sa direction sur l’état des freins.

De la prison et des amendes

Dans cette affaire, le gérant de la TCSV, la société de Transport de la Côte-sous-le-vent, le responsable du parc automobile et un mécanicien ont été condamnés.
Des peines de 2 ans de prison dont 6 mois avec sursis et des lourdes amendes pour le gérant le responsable du parc automobile et le mécanicien.
Pour Me Roland Ezelin, avocat de la partie civile, dans cette affaire, c'est la volonté de faire des économies à tout prix qui a causé le drame. 

Il avait foncé sur des grévistes

Le 22 juillet 2016, lors d'un mouvement social incluant des barrages, un automobiliste avait délibérément foncé sur des grévistes en marge du conflit du Crédit Agricole. Un des manifestants avait été blessé.
Le ministère public avait requis 1 an d'emprisonnement avec sursis. Le juge a été au delà... Le chauffeur a été condamné a 2 ans de prison dont 1 ferme aménageable et 6 mois de suspension de son permis de conduire.