Une journée pour renoncer au tabac

Journée sans tabac 1
© Ch. Danquin

Il est la cause de plus de 5 millions de décès par an dans le monde chaque année. Le tabac est aussi à l'origine de nombreuses maladies comme le cancer. Partout on se mobilise aujourd'hui à l'occasion de la Journée mondiale sans tabac. 
 

E-M. Golabkan et Ch. Danquin Publié le , mis à jour le

Une journée qui se donne pour premier objectif de sensibiliser aux méfaits du tabagisme. Elle veut aussi inciter les fumeurs à se dire que c'est peut être le bon moment pour s'arrêter du fumer et de prendre soin de la santé de vos poumons. A Destreland un village santé a été installé; il est animé par le reseau "addiction Guadeloupe".

 
poumons
© Ch. Danquin
Chaque année, le 31 mai, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires mondiaux marquent la Journée mondiale sans tabac. Cette campagne annuelle est l’occasion de sensibiliser aux effets nocifs et mortels de l’exposition au tabagisme ou à la fumée des autres et de décourager la consommation du tabac sous quelque forme que ce soit. 
La Journée mondiale sans tabac de 2019 est axée sur «le tabac et la santé pulmonaire». La campagne doit permettre de sensibiliser davantage aux aspects suivants:
 
✔ l’effet négatif que le tabac a sur la santé pulmonaire, allant du cancer aux maladies respiratoires chroniques.
✔ le rôle fondamental des poumons dans la santé et le bien être de tous.
La campagne sert aussi d’appel à l’action, en plaidant pour des politiques efficaces visant à réduire la consommation du tabac, et en engageant les parties prenantes dans de multiples secteurs à agir pour la lutte antitabac.

En la matière, le message est clair mais il aura besoin de bien plus d'une journée pour que chacun, et en premier lieu les fumeurs, en soit pleinement conscient :

L'exposition au tabac affecte la santé des poumons et entraîne diverses maladies, notamment le cancer du poumon, la bronchopneumonie chronique obstructive (BPCO), la tuberculose, l'asthme, la pneumonie, la bronchite et les infections des voies respiratoires inférieures. Il n'existe ni seuil d'intensité ni de durée de consommation dans la relation entre tabagisme et les maladies pulmonaires. Si les fumeurs savent qu'un cancer du poumon peut leur être fatal, ils minimisent ou ignorent généralement les autres risques qui  affectent l'appareil respiratoire