Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Exposition journée contre les violences faites aux femmes
Expostion : journée contre les violences faites aux femmes

Cette journée du 25 novembre est  placée sous le signe du combat mené par la société ou, en tout cas qu'elle doit mener, pour que cessent les violences faites aux femmes. Elle a donné lieu, en Guadeloupe, à différentes actions de sensibilisation qui s'achèvent aujourd'hui
 

Guadeloupe La 1ère Publié le , mis à jour le

Un combat qui est loin d'être évident et dont l'issue ne semble malheureusement pas proche. Les chiffres publiés par les services de l'Etat parlent d'eux-mêmes et traduisent la cruelle réalité de la Guadeloupe dans cette lutte contre les violences faites aux femmes.
Premier constat : elles sont massives, et aucun milieu n'est épargné puisque le phénomène est largement répandu au sein de notre société. A chaque fois, il dénote presque toujours les différents complexes de domination ou les inégalités sociales. 

Selon les services de police et de gendarmerie en Guadeloupe, du 1er janvier au 31 octobre 2018 :


> 1326 femmes ont été victimes de violences physiques, contre 1164 en 2017 sur la même période ;
> 543 femmes ont fait l’objet de menaces ou chantages contre 528 en 2017 ;
> 6 femmes ont été séquestrées en 2018 contre 16 en 2017 ;
> 51 femmes majeures ont été victimes de viols contre 48 en 2017 ;
> 64 viols ont été perpétrés sur des mineures contre 73 en 2017 sur la même période ;
> 63 cas de harcèlements sexuels et autres agressions sexuels ont été enregistrés contre des femmes majeures contre 35 en 2017 ;
> 76 harcèlements sexuels et autres agressions sexuels contre des mineures, contre 77en 2017 ;
> Il y a eu 8 tentatives d’homicides à l’encontre des femmes et 8 en 2017.
Aucun homicide de femme n’est à déplorer cette année contre 5 en 2017.

Une situation qui rend nécessaire la mobilisation de tous 


Les comparaisons faites entre 2017 et 2018 démontrent en tout premier lieu le résultat évident d'une mobilisation concertée où les associations, les forces de l'ordre et la justice ont joué un rôle décisif. Un rôle qu'il faut maintenant poursuivre et amplifier pour que les auteurs potentiels  de ces violences redoutent les conséquences d'un passages à l'acte. L'exposition itinérante contre les violences faites aux femmes qui a fait escale cette semaine à Pointe-à-Pître, Baie-Mahault et aux Abymes, est aussi là pour le rappeler en martelant par les images la trop longues listes des actes répertoriés 
 

Des actions, des aides, des contacts...


- Un guide Info-femmes spécifique à l’archipel a été conçu par la commission « violences faites aux femmes », dans le cadre du Conseil départemental de la prévention de la délinquance. Ce document est téléchargeable via le lien suivant : http://bit.ly/2B9KuJH, sur le site internet de la préfecture : www.guadeloupe.pref.gouv.fr

- Infos utiles :
> 3919 « Violences Femmes info » c’est le numéro national de référence d’écoute téléphonique et d’orientation à destination des femmes victimes de violences.

> En Guadeloupe, pour une information et un accueil de proximité, les femmes peuvent joindre le 0 800 39 19 19 les lundi, mardi et jeudi, de 8h à 16h30, le mercredi de 8h à 15h et le vendredi de 8h à 12h. Cet accueil téléphonique est géré par l'association Initiative Eco.

> Le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDDF) assure également une permanence téléphonique, du lundi au vendredi, de 8h à 16h au 05 90 82 52 92.

> http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/ c’est le site internet pour les femmes victimes de violence et pour les professionnel(le)s à la recherche d’informations sur cette thématique.

Le programme :