Insécurité:"Déposons les armes", l'appel volontariste du préfet de la Guadeloupe

trafic d'armes
© cc-by what's-up

La préfetcure de la Région Guadeloupe a lancé, mardi 21 mars, la 3ème campagne de récupération des armes à feu en circulation dans l'archipel de la Guadeloupe. L'Etat veut faire sensiblement baisser la violence armée dans la région. En échange, il n'y aura pas de poursuites judiciaires. 

Ronan Ponnet (Reportage); Olivier Lancien (RW) Publié le

Il faut désarmer la Guadeloupe, mettre un coup d’arrêt à la circulation des armes à feux dans l'archipel. Si la préfecture annonce la création d’une brigade pour lutter contre cette circulation des révolvers, pistolets et autres fusils, et ainsi lutter contre le trafic des armes, la 3ème campagne de récupération de ces "canons" participe aussi à la prévention. 

Insécurité: "déposons les armes" l'appel volontariste du préfet de Guadeloupe

Jacques Billant, le préfet de la région Guadeloupe. Il répond à Ronan Ponnet.


Hier, en préfecture a Basse-Terre le préfet à lancer cette campagne de sensibilisation qui passe par la presse, mais aussi des affichages. Il faut que le guadeloupéen se sente concerné, et fasse la démarche de remettre aux forces de polices nationales, municipales ou de gendarmerie ces armes. En contrepartie il y aura une immunité pénale. L’Etat veut faire baisser la violence par arme à feux en Guadeloupe. 

Insécurité: "déposons les armes" l'appel volontariste du préfet de Guadeloupe

Danielle Drouy-Ayral, procureure générale de la Cour d'Appel de la Guadeloupe. Elle répond à Ronan Ponnet.


Cette nouvelle campagne "Déposons les armes" passe de l'injonction les années précédentes, au collectif avec l'utilisation de la première personne du pluriel. S'afficher, interpeller avec des spots radios et télévisés. Contrairement aux deux précédentes éditions, cette campagne de sensibilisation va durer toute l'année.